Télécharger le .pdf de la lettre d'information
English version English version
Janvier 2019 
©Zymantas Morkvenas

Suivi par le baguage de la migration post nuptiale
du Phragmite aquatique 

                                      ©Grumpy Nature
Les chiffres présentés ci-dessous ne peuvent être considérés comme des valeurs scientifiques officielles. Il s’agit là d’une information partielle car toutes les stations ne participent pas à cette enquête. L’information sera complétée par une requête de la base de données du CRBPO. Les chiffres avancés ne représentent pas les valeurs de références pour les années 2017 et 2018 ! 
Cette année encore Bretagne Vivante a proposé de suivre en temps réel le suivi, par le baguage, de la migration du Phragmite aquatique en France.
La participation a été moins forte que l’année passée avec 4 stations participantes à l’enquête sur le web en juillet et 14 en août, contre une vingtaine en 2017, 4 en septembre et 2 en octobre.
Le nombre de Phragmites aquatiques capturés est de 412 (44 contrôles  dont 3 contrôles belges, 2 polonais, 1 français) capturés entre le 19 juillet et le 26 septembre. En 2017, le nombre de captures s’élevait à 440 entre le 1er août et le 25 septembre (données issues de l’enquête web 2017 / Nombre de stations et pression de capture non comparables). Les effectifs maxima en 2018 sont notés les 7 et 10 août contre le 13 août en 2017.
  • Phénologies des captures de Phragmite aquatique 2018 et 2017 :

Hubert Dugué nous confiait que pour la station de Donges, le mois d’août 2018 était plutôt exceptionnel.
  • Les dates clés 2017 /2018  : 

Pour agrandir le tableau, cliquer dessus.

Livret sur le Phragmite aquatique Acrocephalus paludicola :
les habitats favorables, VOL. I

Chose promise, chose due. Elle est presque arrivée, depuis le temps qu’on vous en parlait ! Encore un effort de relecture et ce sera fait !
Finalement, la plaquette s’est transformée en livret. Ce document retrace les grandes lignes de l’écologie du Phragmite aquatique lors de la migration post-nuptiale en France. Il est principalement voué à accompagner les gestionnaires d’espaces naturels dans leur travail.
Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué aux illustrations et à la relecture.
Le volume II, suivra d’ici peu. Il sera dédié principalement aux habitats préférentiels de l’espèce. Il prendra la forme d’un livret également avec une clé dichotomique, des fiches techniques par habitats et des conseils de gestions par grands type d’habitat. 
Ce document résulte directement du tableau des habitats utilisé jusque là, avec une dimension plus botanique.
 

Sensibilisation du public : comment le Phragmite aquatique a permis de sauver un petit marais littoral morbihannais ?

L’un des sites ayant le plus œuvré en termes de restauration, de conservation des habitats et de communication auprès du public en Bretagne est le site de Pen Mané (Locmiquélic, Morbihan).
Le sentier pédagogique vient de faire peau neuve. Des panneaux de sensibilisation ont été réalisés et implantés sur le site et le Phragmite aquatique y occupe une place importante. En effet, c’est grâce à ce passereau que le marais a été sauvé et bénéficie aujourd’hui de l’attention de tous. Un exemple à suivre.
Sources photos : Conservatoire du littoral

Que s'est-il passé à l'international ?  
La parole à nos partenaires...

Les sites de reproduction 

© AWCT
En France, le suivi de la migration a plutôt été bon, voire exceptionnel pour certaines stations. Il serait facile de penser que cela est dû à un printemps prolifique pour l’espèce.

Qu'en est-il vraiment ?
Comme toujours les informations sont disparates et compliquées à obtenir. Mais, Martin Flade nous a fourni des éléments de réponse concernant les sites de reproduction en Biélorussie et en Lituanie : 

"Notre impression est qu'en Biélorussie et en Lituanie, malgré une forte baisse des niveaux d’eau en juin et juillet, le succès de reproduction fut extrêmement bon. Cela est principalement dû aux conditions météorologiques (fort ensoleillement sur toute la période seulement interrompu par de courtes averses) et à une très forte abondance d’insectes, surtout des libellules et des orthoptères. Autrement dit, la nourriture était abondante, et il n'y a pas eu de perte de nichées pour cause de mauvais temps. Ainsi, la productivité totale de l’espèce fut logiquement très élevée, au moins dans l’ouest et le nord-ouest de l’aire de reproduction" (Martin Flade).  

Merci à Martin Flade de l’AWCT !
Des nouvelles en provenance du parc national du Djoudj 

Bruno Bargain et Idrissa Ndiaye
(©B. Bargain)
" Le parc continue à avoir la main mise sur la gestion de l'eau et peut donc inonder les marais et prairies de manière adéquate à l'hivernage complet des Phragmites aquatiques. La végétation est entretenue par les bovins des villages proches du parc de manière à conserver des prairies basses et homogènes. Les agents du parc interviennent seuls ou avec des villageois pour limiter les hélophytes envahissants comme les Typhas.
Donc apparemment, la gestion du site est satisfaisante et devrait permettre de bonnes conditions d'hivernage aux Phragmites aquatiques pour les années à venir. D'après la dernière publication de Salewsky et al., c'est sans doute en majorité les oiseaux polonais qui hivernent au Sénégal, les populations plus orientales allant plutôt au Mali. "
À Bruno de finir en nous signalant qu’il n’a toujours pas trouvé l'espèce en Casamance, mais qu’il ne désespère pas !
 

Des nouveautés au rayon des publications

Définition des potentialités des espaces agricoles arrière-littoraux pour la compensation des pertes de marais côtiers inhérentes au changement climatique, scénarios de compromis entre enjeux environnementaux et enjeux agricoles
Musseau R., Crépin M. & Brugulat C. (2018) - BioSphère Environnement, 15 pp.

Un article tiré de ce travail sera prochainement publié dans une revue scientifique internationale.
Résumé :
Dans le contexte de réduction des surfaces de marais littoraux inhérent au changement global, nous avons cherché à évaluer les possibilités de conservation d’habitats exploités par les passereaux paludicoles par la mise en place en zones arrière-littorales de mosaïques de roselières et de parvo-roselières au sein d’espaces prairiaux fauchés et pâturés. Sur la rive nord de l’estuaire de la Gironde (France), nous avons comparé les conditions d’utilisation de ces espaces par quatre espèces de passereaux paludicoles ayant des exigences écologiques différentes avec celles de vastes roselières et parvo-roselières d’une zone d’estran librement soumis au balancement des marées. En période de reproduction, les densités par hectare de roseaux de la Rousserolle effarvatte sont près de deux fois plus importantes dans le premier habitat. Au cours de la période post-nuptiale, les temps de séjour des jeunes oiseaux après capture, calculés à partir des probabilités de survie moyenne des individus, varient de manière plus ou moins importante selon les espèces entre la mosaïque d’habitats de la zone prairiale et les zones de l’estran. Pour le Phragmite aquatique, les résultats de radio-tracking montrent une dispersion très rapide des oiseaux sur le premier habitat alors qu’ils peuvent être suivis jusqu’à plus de 4 jours sur le second.
Identifying migration routes and non-breeding staging sites of adult males of the globally threatened Aquatic Warbler Acrocephalus paludicola
Salewski V., Flade M., Lisovski S., Poluda A., Iliukha O., Kiljan G., Malashevich U. et Hahn S.
Bird Conservation International, doi:10.1017/S0959270918000357

Cette publication apporte à la communauté “Phragmite aquatique” des nouvelles très intéressantes et novatrices sur les trajets migratoires de l’espèce. Comme pour tout bon film, on ne dévoilera pas l’épilogue…
Résumé :
Les oiseaux migrateurs au long cours divisent leur cycle annuel entre de nombreux sites au sein de grandes aires de distribution. La conservation de ces espèces est particulièrement complexe car elle nécessite de s’intéresser à de nombreux habitats, variés et distants, en se basant notamment sur la connaissance de la phénologie migratoire, des routes et des aires de repos et d’alimentation. Dans le cas du Phragmite aquatique Acrocephalus paludicola (espèce menacée à l’échelle mondiale, occupant un habitat très spécifique, nichant en Europe et passant l’hiver en Afrique sub-saharienne), les aires de repos et d’alimentation, hors période de reproduction étaient, jusqu’à récemment, très largement méconnues.
Nous avons fixé des GLS (enregistreurs de lumière) à des mâles adultes de Phragmite aquatique capturés sur des sites de reproduction en Biélorussie et en Ukraine. Les données issues de 8 enregistreurs récupérés ont confirmé une route migratoire….
Vous pourrez retrouver le résumé en anglais et français sur le site internet à la rubrique base documentaire.

Entre temps, 60 nouveaux oiseaux ont été équipés d’une nouvelle génération de GLS (plus légers, avec une technologie améliorée) au nord de la Biélorussie et en Lituanie. Espérons que nous en retrouverons beaucoup en mai / juin prochain (2019 ndlr)”. Martin Flade.
 

Prochaine newsletter ? 


Pour le premier trimestre 2019, nous envisageons de préparer une newsletter tournée principalement sur les mesures de gestion entreprises en 2018. Faîtes nous part de vos différentes expériences (problématique, moyens mis en œuvre, durée des chantiers, valorisation, photo,... et tout ce qui vous semble pertinent).

Wanted bilans/rapports bulletins d’information etc.... pour
base documentaire

Afin de compléter la base documentaire dédiée au Phragmite aquatique, n’hésitez pas à nous envoyer vos rapports d’activités 2018 et des années antérieures si cela n’a pas été fait. Merci pour votre contribution.
Bonne année 2019 à toutes et tous, longue vie au Phragmite aquatique !
Retrouvez la lettre d'informations dans votre navigateur en allant à la page "Actu"