mardi 16 juin 2020

Recensement Huîtrier Pie sur l’Archipel des Glénan

Archipel Glénan

Le comptage des nids d’Huîtrier pie (Haematopus ostralegus), réalisé par l’équipe de la réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan dans le cadre de l’ORA (Observatoire Régional de l’Avifaune), a débuté, avec un premier passage effectué mi-mai. L’Huîtrier pie est un limicole d’une quarantaine de centimètres, facilement identifiable sur le littoral breton de par son plumage noir et blanc, son long bec rouge-orangé et la présence d’une barre alaire blanche visible en vol.

Il pond généralement trois œufs tachetés dans une dépression de sable, de galets ou de rochers, qui peut être décorée de branchages, de coquillages et camouflée par la végétation dunaire environnante. A l’approche d’un nid vous l’entendrez alerter ses congénères en émettant des grands coups de sifflets stridents caractéristiques.

Pendant trois jours, du 18 au 20 mai 2020, la prospection au sein de l’archipel des Glénan par l’équipe de la Réserve a permis de recenser au moins 43 nids pour une dizaine d’îles et îlots prospectés (12-14). Pour le moment, c’est l’île du Loc’h, la plus grande de l’archipel en superficie, qui abrite la majorité des nids avec 17 recensés. Comparativement, 9 nids ont été observés sur l’île principale de Saint-Nicolas et sur l’île de Penfret (pointe Nord). A ces chiffres se rajoutent 26 nids présents sur l’île des Moutons dont 11 sur l’îlot Enez Ar Razed. Les deux passages effectués entre le 15 mai et le 15 juin permettront de dénombrer et localiser les individus (isolés, en couple, en famille) et les nids présents sur les différents sites de recensement pour l’année 2020, afin d’obtenir un nombre de couples nicheurs à la fin de la saison de reproduction.

L’Huîtrier pie est une espèce chassable (arrêté du 26 juin 1987) et classée vulnérable sur la liste rouge des oiseaux nicheurs et migrateurs de Bretagne (2015). 50% de l’effectif nicheur de France est localisé en Bretagne. Les données récoltées dans le cadre du programme de l’ORA ces dernières années suggèrent cependant une tendance à la hausse des couples observés à l’échelle régionale… Résultats à suivre avec le second passage.

Pour en savoir plus, il est à l’honneur en ce mois de juin sur le site de Bretagne vivante ! :

https://www.bretagne-vivante.org/Nos-actions/Connaitre/Les-oiseaux/L-oiseau-du-mois