lundi 28 mai 2018

Des botanistes sur île de Groix

Groix

Des botanistes morbihannais sont venus parfaire l’inventaire floristique de Groix dans le cadre du projet d’extension du périmètre de la réserve naturelle de Groix.
En effet, si la réserve naturelle a été créée en 1982 pour préserver le patrimoine géologique de l’île, il s’avère qu’il n’est pas entièrement pris en compte dans le périmètre actuel et que le patrimoine naturel îlien, aussi bien floristique que faunistique, est lui aussi très riche.

Sur les 1600 espèces de plantes vasculaires que compte le département, 663 ont été recensées sur Groix à ce jour dont 40 espèces remarquables car menacées ou peu abondantes en France.
L’intérêt floristique groisillon réside en priorité dans la richesse de la flore liée aux pelouses et landes des falaises littorales, c’est pourquoi les botanistes ont parcouru une partie
de la côte sud de Groix. Ils ont revu vers Ker Béthanie la cuscute de Godron inscrite sur la liste rouge pour la Bretagne, plante qui parasite le plantain caréné, lui-même originalité des pelouses de Groix, Belle-Île et l’île d’Yeu.

Ils ont trouvé au Trou de l’Enfer, une nouvelle station de l’isoète épineux, fougère minuscule quasi-menacée en Bretagne et revu deux plantes peu communes le trèfle dressé et l’érodium botrys.

Ils ont également noté quelques nouvelles espèces non répertoriées à ce jour dont la lavande de mer oreille d’ours au Stang ar March, plante indiquée comme quasi-menacée sur la liste rouge pour la Bretagne.

Dernières actualités