lundi 8 juin 2020

L’île aux Moutons, haut lieu pour la nidification des oiseaux marins et côtiers en Finistère.

Ile aux Moutons

L’île aux Moutons est connue comme étant l’un des très rares sites en France permettant la nidification de 3 espèces de sternes. C’est l’une des plus importantes colonies pour la Sterne Caugek et la principale pour la Sterne de Dougall (espèce considérée en « danger critique d’extinction » d’après la liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine-2016).

Toutes les parties terrestres de l’île principale de Moelez, ainsi que celles des îlots satellites d’Enez Ar Razed et Penneg Ern, mais également leurs estrans sont inclus dans le périmètre des Arrêtés de Protection de Biotope (APB Terrestre du 03 juin 1999 et APB du domaine public maritime du 23 décembre 2004).

Ils interdisent l’accès à trois zones, du 1er avril au 31 août, sur le domaine public maritime de "l’île aux Moutons" (près du phare) et des îlots "Enez ar Razed" et "Penneg Ern", afin de garantir la conservation du biotope nécessaire à l'alimentation, à la reproduction, au repos et à la survie de la Sterne Caugek (Thalasseus sandvicensis), de la Sterne pierregarin (Sterna hirundo), de la Sterne de Dougall (Sterna dougallii), (...) ainsi que du Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus).

En l’absence d’une fréquentation humaine de l’île aux Moutons ce printemps, les sternes se sont installées sur l’ensemble des sites favorables, que ce soit à l’intérieur des zones délimitées par l’APB, mais également sur les sentiers habituellement accessibles au public.

Cette répartition qui occupe pratiquement l’ensemble de l’île principale, peut s’expliquer par l’absence de dérangement au moment de l’installation de la colonie, mais également par une forte augmentation des effectifs habituellement présents sur le site suite à un report sur les Moutons d’une autre colonie importante de Sterne Caugek qui n’ont pas pu s’installer sur le Banc d’Arguin en Gironde (information transmise par Christophe Le Noc, conservateur de la Réserve Naturelle Nationale du banc d’Arguin).

A noter que les sternes sont des espèces particulièrement sensibles aux dérangements, provoquant l’échec de la nidification.

Depuis 1993, un gardien saisonnier est présent sur le site afin d’assurer une veille et des suivis scientifiques durant toute la saison de reproduction soit du 20 avril jusqu’à la fin août.

Au regard de la configuration de l’emprise des colonies de sternes pour cette saison 2020 et pour des raisons environnementales et dans le cadre de la protection d'espèces protégées, un arrêté municipal interdit l’accès à l'ensemble de l'île et ses îlots satellitaires (partie terrestre, plages, estran, cale) jusqu'au lundi 31 août 2020. La plaisance y est autorisée et il est permis de jeter l’ancre, mais pas de débarquer.

Télécharger les arrêtés municipaux ici

Le 28 mai 2020 a eu lieu le 1er recensement annuel de la colonie de sternes de l’île aux Moutons.

Habituellement ce comptage est réalisé avec l’aide des bénévoles de l’antenne de Concarneau, mais cette année en raison des mesures sanitaires, Bretagne Vivante a été épaulée par l’équipe salariée de l’Association APECS (Association Pour l’Etude et la Conservation des Sélaciens) et l’équipe locale de l’OFB (Office Français de la Biodiversité). Un grand merci à eux pour leur mobilisation dans cette action.

Plus de 2 000 couples de sternes Caugek, 117 couples de sterne pierregarin et 3 couples de sterne de Dougall ont été dénombrés lors du premier comptage. Les naturalistes ont pu assister à l’éclosion des premiers oisillons.

Le recensement d’une colonie installée plus tardivement que les autres a eu lieu le 3 juin. 1 016 couples de sterne caugek, 119 couples de sterne pierregarin et 31 couples de sterne de Dougall supplémentaires ont été dénombrés.

Les effectifs sont quasiment stables par rapport à l'an dernier pour les sternes pierregarins (236 couples en 2020, 230 en 2019) et pour les sternes de Dougall (34 couples en 2020 contre 39 en 2019) mais augmentent d'environ 500 couples pour les sternes caugek (3 020 couples contre 2 525 en 2019). Bretagne Vivante remercie l’ensemble des observateurs ayant permis de réaliser ces comptages, d’autant plus importants en cette année de lancement du 6ème recensement décennal des oiseaux marins nicheurs de France.

Les suivis des oiseaux nicheurs se poursuivront tout au long du printemps et de l’été. Ainsi, le recensement régional des gravelots à collier interrompu a lieu en ce début du mois de juin.

Deux gardiens saisonniers veilleront à tour de rôle sur tout ce petit monde jusqu’à l’envol des poussins et leur départ vers leurs quartiers d’hiver ouest-africains. Bon courage à eux et merci aux plaisanciers pour leur compréhension et le respect de cette vie sauvage exceptionnelle.