jeudi 29 septembre 2022

Route du Rhum 2022 : des  enjeux environnementaux trop peu considérés !

Bretagne

Route du Rhum 2022 : des  enjeux environnementaux trop peu considérés !

A quelques semaines du lancement de la Route du rhum, plusieurs associations de protection de la nature dénoncent la destruction programmée de sites protégés. L'organisateur de la course à la voile ne prend pas en compte les enjeux environnementaux.

Le départ de la Route du rhum sera donné le 6 novembre prochain. Et ça sera sans les associations de protection de la nature. Plusieurs d'entre elles sont sollicitées par l'organisateur OC Sport pour expliquer les enjeux environnementaux et effectuer des surveillances autour des sites protégés Natura 2000 le jour du départ. Les associations ne joueront pas le rôle de surveillant

Bretagne Vivante, Viv’armor Nature, Al Lark, Eau et Rivières de Bretagne, Groupe d’Etudes Ornithologiques des Côtes d’Armor refusent de participer à cette opération car elles n’ont pas à jouer un rôle de police alors que, lors du départ, va s’agglutiner une foule peu encline à parler ce jour-là respect de la biodiversité.
Les associations signataires, engagées de longue date pour la protection de l'environnement, rappellent que leur mission première est d’œuvrer à la reconquête de la biodiversité, au travers de la connaissance et de la sensibilisation à une meilleure gestion du patrimoine naturel.

La fédération France Nature Environnement Bretagne a proposé à l'organisateur que ses associations puissent tenir un stand de sensibilisation du public ; l'objectif étant de présenter les actions menées par les militants associatifs et d'alerter sur l'état du milieu marin, fort dégradé. La demande de stand formulée par FNE Bretagne a été rejetée par l'organisateur OC Sport.

 

Une destruction programmée de sites protégés

L’événement tel qu’il est programmé détruira ou impactera des espèces et des habitats protégés. La pointe de la Varde, la pointe du Grouin, le Cap Fréhel sont des sites labellisés où se reproduisent des oiseaux remarquables, où des plantes fragiles et des habitats endogènes s’épanouissent. Le piétinement va les endommager. Le milieu marin sera également affecté : dérangement des oiseaux marins et de certains cétacés. Il restera, lorsque la fête sera finie, des constats écologiques désastreux, malgré les quelques mesures de mise en défens très insuffisantes au regard des enjeux.

 

La sobriété ignorée

Nos associations dénoncent la médiatisation excessive qui vise à attirer un maximum de spectateurs : on parle de deux millions, occasionnant des dépenses énergétiques immodérées de gasoil, d’essence, d’électricité, entraînant une surfréquentation de la mer et de sites terrestres protégés, renforçant les risques de pénurie d’eau dans une agglomération qui annonce des coupures en fin d’année.

Le monde de la voile très engagé sur les questions climatiques et sensibles à l'avenir des océans ne peut, ne doit pas faire l'économie de réels engagements concernant les impacts de ses événements sur la biodiversité des espaces littoraux parmi les plus fragiles.

Au moment où la modération et la sobriété deviennent des sujets importants pour les citoyens et pour de nombreux élus, ce sont les conditions mêmes de cet événement sportif qu’il aurait fallu repenser. Les records de fréquentations sont aussi des records de pollution, de surconsommation et de destruction de la biodiversité. Tristes records !

Nos associations de protection de la Nature ne peuvent cautionner une telle organisation qui, en l'état, s’avère trop dispendieuse en ressources et générant trop de dégradations.

 

Aller plus loin

Lire notre communiqué commun

Consulter ici un document précisant les incidences possibles sur le milieu et les espèces, établi par Gérard Prodhomme, bénévole de Bretagne Vivante