vendredi 7 septembre 2018

Quand des citoyens contribuent à sauver des papillons Plus de 140 citoyens donateurs permettent l’agrandissement d’une réserve !

Bretagne

Quand des citoyens contribuent à sauver des papillons

Plus de 140 citoyens donateurs permettent l’agrandissement d’une réserve !

 

Agrandir les réserves naturelles grâce à l’aide des citoyens ? C’est ce qui est en train de se passer sur le site de lande de Kercadoret, à Locmariaquer (56). Ce site essentiel pour certaines espèces de papillons, et géré par des conservateurs bénévoles, devrait être agrandi grâce à l’aide de plus de 140 donateurs suite à une campagne de financement participatif.

Les papillons sont en danger et leurs populations disparaissent, c'est le constat qu'a dressé le récent Atlas des papillons diurnes de Bretagne : sur 89 espèces inventoriées, 5 ont disparues, et 19 sont menacées. La cause principale de ce constat alarmant est la dégradation de leurs habitats naturels : la raréfaction des landes et l’abandon de leur entretien, la destruction des prairies naturelles par l’agriculture intensive et les pesticides, etc.

La réserve naturelle associative de Kercadoret (Golfe du Morbihan) existe depuis 2006 suite à la découverte d'une population importante d'Azuré des mouillères, papillon en situation très critique en Bretagne, puisqu'il ne reste plus que 4 populations dans la région !  Son existence est étroitement liée a celle d'une plante elle aussi rare, la Gentiane pneumonanthe.

Une convention de gestion du site permet actuellement de préserver ce petit espace de 2,2 hectares aux enjeux très élevés ! Un entretien par la fauche et le défrichage a permis de maintenir jusqu’à maintenant les espèces menacées présentes sur cette parcelle.

Toutefois, la réserve  actuelle s'avère aujourd'hui trop peu étendue pour assurer à long terme la préservation et la conservation de toutes les espèces rares de papillons qui y sont présentes : l’Azuré des mouillères, mais aussi l’Azuré des landes et les Hespéries de l’Ormière et des Potentilles. 

Par ailleurs, dans les alentours, il existe plusieurs hectares de landes où poussent encore quelques Gentianes et où vole un autre papillon menacé, l’Azuré du Genêt. Malheureusement faute d’entretien, ces landes sont en train de disparaître sous les pins et les ajoncs.

Grâce à la campagne de financement participatif qui a permis de réunir la somme nécessaire, nous allons donc étendre la réserve de 4.8 hectares (soit 16 parcelles appartenant à des propriétaires privés). Cela est désormais possible grâce aux généreux donateurs qui soutiennent le projet. La réalisation de cette extension permettra de quadrupler la surface de landes protégées et ainsi de conforter à plus long terme les chances de survie des différentes espèces concernées.
Merci à tous pour votre participation et continuez de soutenir la protection de la nature en Bretagne !

Plus de 140 généreux donateurs ! 

Nous avions besoin de 8500 euros pour acheter aux propriétaires actuels les parcelles concernées par l’extension. Aujourd’hui notre objectif est atteint et même dépassé. Un grand MERCI à tous ceux qui ont contribué à cette campagne et qui vont nous permettre de réaliser ce projet ! MERCI !

Nous travaillons pour cela avec le Conservatoire Botanique National de Brest et l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne qui est partenaire sur ce projet et le cofinance. 

 

A Kercadoret, une faune et une flore variées

Cette réserve abrite des habitats tels que : des gazons annuels oligotrophes acidiphiles, des prairies humides acidiphiles amphibies, des molinaies hygrophiles acidiphiles et des landes mésophiles. Sur un plan botanique, présence du Fluteau nageant (Luronium natans), Cicendie fluette (Exaculum pusillum), Jonc pygmée (Juncus pygmaeus) ainsi que le Panicaut vivipare (Eryngium viviparum) qui vient d’être réintroduit. Au niveau de la faune, les enjeux sont également très importants compte tenu de la présence d’une des 4 dernières populations d’Azuré des mouillères (Maculinea alcon) référencée en Bretagne, sachant que l’espèce est en voie d’extension, et inscrite sur la liste rouge bretonne. A cela, il faut rajouter 3 espèces en danger : l’Azuré des landes (Plebejus argus philonome), l’Hespérie de l’Ormière (Pyrgus malvae) et l’Hespérie de la potentille (Pyrgus armoricanus).