jeudi 25 mars 2021

Prenons soin de nos gravelots !

Bretagne

Ils sont de retour sur nos plages

Le printemps est arrivé ! Les promeneurs vont être de plus en plus nombreux à se rendre sur les plages pour se balader. Cette période marque également le retour de migration des gravelots à collier interrompu sur le haut de nos plages, leurs sites de  reproduction. Cette période précède de peu la période de nidification de ces petits échassiers qui pondent à même le sable ou dans les galets. Espèce emblématique du littoral breton, elle est un bio indicateur de sa bonne santé, d’où l’importance d’en prendre soin et de le faire savoir !  

  

Un petit limicole côtier très sensible au dérangement et piétinement 

Le Gravelot à collier interrompu dépose ses œufs à même le sable les rendant particulièrement vulnérables. Promeneurs ou chiens venant profiter de la plage sont autant de sources de dérangement pouvant compromettre de façon irrémédiable la réussite d’une nichée. Quand les œufs ne sont pas écrasés, les nombreux dérangements subis au cours d’une journée interrompent l’incubation et ne permettent pas le développement de l’embryon et/ou peuvent pousser les adultes à abandonner les nids (80% des pontes sont en échec chaque année et seulement 14% des pontes avec poussins à l’éclosion donnent des poussins atteignant l’envol, condition sine qua non du renouvellement des populations).

Des résultats encourageants 

Après un fort déclin, l’espèce a vu ses effectifs remonter et se stabiliser autour de 230 couples ces dernières années grâce aux actions menées en faveur de sa conservation par Bretagne Vivante et ses  partenaires. 230 couples reproducteurs ont été comptabilisés en 2020, dont 93 sur le département du  Finistère. La conservation du gravelot à collier interrompu a pour objectif de permettre une protection et une conservation globale d’un écosystème fragile que sont l’estran et les hauts de plage. 

Vers une prise de conscience collective* 

Il s’agira pour les promeneurs d’être attentifs et vigilants aux gravelots mais aussi aux autres espèces, ainsi qu’à la flore. N’oublions pas que la plage, bien avant d’être un lieu

de loisirs, est un milieu naturel vivant qui abrite des espèces animales et végétales sauvages protégées indispensables à la biodiversité. *Des consignes valables toute l’année et qui dépassent largement le cas du gravelot. Il s'agit d'une action globale qui prend en compte la conservation d'un écosystème sensible.

Quelques bonnes pratiques proposées par Bretagne Vivante  

Il est nécessaire d’alerter nos concitoyens sur la fragilité des hauts de plage et la nécessité  de les partager avec les autres organismes vivants. Voici les règles de bonne conduite à suivre sur les plages pour la protection des Gravelots à collier interrompu et plus largement pour la biodiversité : 

Tenir les chiens en laisse sur les plages et privilégier les sorties à marée basse. Dans le Finistère, les chiens sont interdits sur les plages du 1er juin au 30 septembre.

Rester sur les sentiers balisés et éviter de marcher sur le haut des plages et les dunes où nichent les Gravelots et pousse la végétation, elle aussi très sensible et rare. 

Éviter le dérangement de la faune sauvage. Les dérangements causés par les chiens et les humains, comme courir après les oiseaux, sont autant d’occasions pour eux de dépenser de l’énergie et d’impacter ainsi leur condition corporelle et, à terme, leur survie. 

∙ Respecter les mesures de protection mises en place sur les plages : enclos, panneaux d’information et de sensibilisation. 

∙ Eh bien évidemment, ramasser ses déchets en s’assurant qu’il n’y a pas de nid caché en dessous !