lundi 27 septembre 2021

[PROTECTION] Comment se portent les sternes en Bretagne en 2020 ?

Bretagne

Saviez-vous que c’est dans le Finistère que vivent 80% des sternes de Bretagne ? Leurs populations sont très localisées dans un nombre peu élevé de sites. En matière de conservation, cela signifie que la survie des sternes bretonnes dépend de peu de sites. En 2020, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne a ainsi financé un schéma de conservation des sternes et de restauration d’habitats favorables pour diversifier leurs sites nidification.

Les populations de sternes sont ainsi surveillées et étudiées par Bretagne Vivante et ces 37 organismes partenaires sur le littoral, de la frontière franco-belge à la frontière franco-espagnole.  
Comment se portent les sternes sur littoral et plus précisément, sur le littoral breton en 2020 ?

Nos côtes accueillent 4 espèces de sternes : la Pierregarin, la caugek, la naine et la très rare sterne de Dougall.

 
Les 4 espèces de sternes et leurs effectifs en 2020

Sur l’ensemble du littoral étudié en 2020, on dénombre entre 10 700 et 11 350 couples de sternes, toutes espèces confondues.

  

Le mode de vie des sternes bretonnes

Les sternes se reconnaissent toutes à leur calotte noire sur le sommet du crâne de formes différentes selon les espèces. Elles sont plus petites que les goélands et mouettes et pêchent en plongeant à quelques centimètres de la surface de l’eau où elles attrapent de petits poissons : lançons, sardines, petits lieux…

Elles pondent leurs œufs au sol, d’où leur fragilité et leur sensibilité à la fréquentation humaine. Les nids sont à la merci des prédations, mais aussi des submersions marines.

Les couples de sternes sont formés pour la vie (une quinzaine d’années), la ponte (1 à 3 œufs selon les espèces) a lieu début mai, l’élevage des jeunes jusqu’au début de l’été et la migration vers les côtes africaines intervient en septembre/octobre.

Pour nicher, leurs sites de prédilection sont les îlots rocheux, ou les marais dans le Morbihan. En migration, on peut les observer depuis les pointes avancées comme celle du Raz ou le sémaphore de Brignogan.

Les principaux sites où nichent les sternes font l’objet de conventions avec Bretagne Vivante et un gardiennage permanent est assuré pendant la période de nidification comme sur l’île aux Moutons (29) ou sur l’île de la Colombière (22). Il s’agit à la fois de protéger concrètement les pontes mais aussi de sensibiliser le public.

Podcast Radio Evasion : Yann Jacob, spécialiste des sternes à Bretagne Vivante, répond aux questions de Radio Evasion 

   

 

Zoom sur le Finistère : une forte responsabilité dans la conservation des sternes bretonnes 

  
Le Finistère est le seul département abritant les quatre espèces de sternes nichant le long des côtes Manche-Atlantique. Ces quatre espèces totalisent environ 3 600 couples nicheurs, soit 82 % des sternes nichant en Bretagne et le tiers des sternes de Manche- Atlantique.

99,5 % des couples de sterne caugek de la région, 96 % des sternes de Dougall et 31 % des sternes Pierregarin nichent dans le Finistère.

L’île aux Moutons accueille à elle seule 92 % des sternes finistériennes, soit l’intégralité des sternes caugek et des sternes de Dougall et 46 % des sternes Pierregarin du département. Afin de protéger les couvées des dérangements, un arrêté préfectoral interdit l’accès au site en période de nidification.

 

 Cliquez ici pour agrandir la carte

   

 

 

 

   

Quelles mesures de conservations sont mises en place pour protéger les sternes ?

Bon nombre de sites de nidification des sternes bénéficient d’une réglementation particulière source de tranquillité pour les populations de sternes : site Natura 2000, réserve naturelle nationale, arrêté de protection de biotope, espace naturel sensible, sites du conservatoire du littoral, réserve associative gérée par Bretagne Vivante, etc. Ces sites font l’objet de mesures de gestion conservatoire inscrites au plan de gestion comme par exemple :

- Aménagement ou création d’îlots favorisant l’installation de sternes Pierregarin lors de leur nidification.

- Gestion de la végétation pour entretenir les sites favorables aux sternes (végétation rase et milieu ouverts) .

- Interdiction d’accès aux sites sensibles lors de la saison de reproduction des sternes.

- Installation de supports artificiels (radeaux) pour favoriser l’installation de la sterne Pierregarin.

- Installation de nichoirs en bois pour encourager la nidification de la sterne de Dougall qui apprécie, contrairement aux autres sternes, nicher à l’abri.

- Pose de signalétiques terrestres ou marines pour informer les usagers du littoral de la présence de ces espèces.

- Le gardiennage régulier, voire permanent, de certaines colonies est une des mesures les plus efficaces pour garantir la quiétude nécessaire au bon déroulement de la nidification. Cette action permet de prévenir les dérangements humains, de sensibiliser les usagers du littoral et de suivre précisément la phénologie de la reproduction ainsi que les aléas qui s’y exercent. Tous les ans, ce sont des volontaires en Service Civique, accompagnés de bénévoles, qui effectuent cette mission à Bretagne Vivante.

Pour conclure, la conservation des sternes repose sur un réseau de sites écologiquement fonctionnels permettant aux oiseaux de se reporter d’un site vers d’autres en cas de perturbations particulières. Elle réside aussi dans des mesures actives de conservation permettant d’organiser la cohabitation avec les activités humaines.

  

// En savoir plus sur le bilans 2020 des sternes : Rapports 2020 des sternes nicheuses du littoral Manche-Atlantique \\