vendredi 29 avril 2022

[PROTECTION] Comment favoriser la nidification des sternes ? Exemple d'aménagement en Rade de Brest

Bretagne

[PROTECTION] Comment favoriser la nidification des sternes ? Exemple d'aménagement en Rade de Brest

 

Le Finistère accueille 80% des sternes nicheuses de Bretagne principalement sur l'île aux Moutons, toutes espèces confondues. La rade de Brest accueille quant à elle, 150 à 200 couples nicheurs de Sterne Pierregarin chaque année. Pourtant, la rade n’offre pas d’habitats naturels propices à la nidification de cette espèce. L'espèce s'est alors accommodée d’infrastructures portuaires : gabions, bateaux, coffres de mouillage, pontons, digues... Mais, la cohabitation entre cette espèce protégée et les activités humaines peut alors s’avérer compliquée. De plus, depuis quelques années, la principale colonie de sternes installée sur un gabion du port de commerce, est régulièrement perturbée par un couple de faucon pèlerin qui utilise les silos portuaires voisins comme perchoirs ou pour nicher.
Bretagne Vivante et ses partenaires ont donc aménagé un duc d'Albe situé au large de la pointe de l’Armorique à Plougastel-Daoulas afin d'offrir un espace propice à la nidification des sternes Pierregarin. 

Pourquoi aménager un duc d’Albe pour les sternes ?

Ces deux cubes de béton, situés au large de la pointe de l’Armorique à Plougastel-Daoulas, sont des vestiges de la seconde guerre mondiale. Ils s’apparentent à des îlots artificiels, attractifs pour les sternes. Mais l’esplanade de béton d’environ 300 m² n’est pas très propice pour accueillir les pontes ; les œufs roulent sur la surface de béton lisse. En milieu naturel, les sternes déposent leurs œufs dans des anfractuosités de rochers ou de petites cuvettes qu’elles creusent dans le substrat. Les aspérités naturelles offrent aussi des abris aux pontes et aux poussins.

En quoi consiste cet aménagement ?

C’est très simple. Il s’agit de madriers en chêne massif disposés pour former des compartiments de 4 mètres de côté dans lesquels du gravier est étalé sur une dizaine de centimètres d’épaisseur. Des carrés de contreplaqué marine disposés dans les angles assurent la cohérence de la structure et offrent des abris pour les futurs poussins, en cas d’intempéries par exemple.

Pièces de bois disposées sur le bloc béton

   

Quel est le rôle de Bretagne Vivante dans ce projet ?

Bretagne vivante suit depuis de nombreuses décennies la nidification des sternes en Bretagne. Elle anime l’observatoire régional de l’avifaune et, plus récemment, le volet sternes de l’observatoire Manche-Atlantique des oiseaux marins et côtiers pour le compte de l’office français de la biodiversité. Notre association est aussi reconnue par les pouvoirs publics et ses partenaires pour son expertise dans la conservation des sternes.

Qui sont les partenaires de cette opération ?

Le Parc Naturel Régional d'Armorique, opérateur du site Natura 2000 « Rade de Brest : baie de Daoulas, anse de Poulmic » et les services de l’État ont œuvré préalablement à la protection du site des ducs d’Albe, suite à l’élaboration du document d’objectifs. Un arrêté préfectoral interdit l’accès aux ducs d’Albe qui étaient fréquentés par divers usagers de la rade : plongeurs et plaisanciers notamment. Le passage de bateaux à proximité provoque des envols qui mettent en péril les couvées et nuisent au bon déroulement de la nidification.

La DREAL Bretagne finance au travers d’un contrat Natura 2000 marin les travaux qui ont été confiés à AGSEL, une Société coopérative du patrimoine naturel, basée à Plougastel-Daoulas, spécialiste de l'entretien et l'aménagement des espaces naturels. Et elle a fait appel à une entreprise de travaux maritimes brestoises pour acheminé les matériaux sur place.

Bretagne Vivante a proposé cet aménagement sur la base d’expériences identiques dans d’autres ports européens, notamment celui de Dublin où de tels aménagements ont été réalisés sur des infrastructures portuaires désaffectées.

  

Julien, chef de chantier et Laurent, directeur d'AGSEL qui a réalisé l'aménagement

  

  

 

Pourquoi aménager un site artificiel ? Ne vaudrait-il pas mieux protéger les habitats naturels des sternes ?

L’un n’empêche pas l’autre. La conservation et la restauration des habitats naturels est effectivement la priorité pour la conservation des oiseaux marins et côtiers et des sternes en particuliers. L’appel à projet « biodiversité marine » 2020 de l’agence de l’eau Loire Bretagne nous permet de travailler à un schéma régional de conservation et de restauration des sites de nidification des sternes en Bretagne, en cours de rédaction. Il permettra aux décideurs de mieux cerner les enjeux et orienter les moyens à mobiliser à court ou moyen termes pour conserver ces espèces. La sterne pierregarin est l’espèce la plus largement répartie en Bretagne, elle peut jouer un rôle « d’ambassadrice » en colonisant des sites naturels favorables à des espèces plus menacées comme la Sterne caugek ou la Sterne de Dougall.

En savoir plus : Comment se portent les sternes en Bretagne en 2020-2021 ?