jeudi 5 mai 2022

Observation d’un loup dans le Finistère : présence confirmée d’un loup dans les monts d’Arrée

Bretagne

Observation d’un loup dans le Finistère : sa présence est confirmée à Berrien, dans les monts d’Arrée

La Préfecture du Finistère a publié ce 5 mai un communiqué confirmant la présence d’un loup dans les monts d’Arrée.

Si la présence du loup dans le Finistère est une première depuis plus d’un siècle, l’espèce est connue pour sa grande capacité de dispersion. Ainsi, depuis le retour du loup en France dans les Alpes du Sud en 1992, l’espèce s’est installée sur les principaux massifs montagneux français. Elle est ponctuellement mais régulièrement aperçue sur des territoires éloignés du cœur de population alpin, comme ça a été le cas dans les départements de la Vendée, la Charente-Maritime, la Loire-Atlantique ou le Calvados.

Ce type d’observation d’un animal seul et éloigné des zones où l’espèce est installée est caractéristique des individus en phase de dispersion, phénomène qui intervient deux fois dans l’année, au printemps et à l’automne. A l’automne, les jeunes nés au printemps prennent pleinement leur place au sein du groupe, contraignant d’autres individus à quitter la meute pour chercher un nouveau territoire où s’établir. Au printemps, les subadultes qui ne peuvent se reproduire au sein des meutes quittent leur territoire de naissance en quête d’un partenaire sexuel. Ces individus en phase de colonisation peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de se fixer, et ceci en quelques mois (distance de dispersion record pouvant dépasser les 1500 km depuis le lieu de naissance).

Le système de colonisation par « bonds » est caractéristique du loup. Le nouveau territoire d’installation peut être séparé de la meute d’origine de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres, laissant des espaces vides qui peuvent être colonisés par la suite. Ceci explique notamment certaines observations isolées, loin des zones de présence permanente connues. Ces individus en phase de dispersion peuvent séjourner plusieurs mois dans un secteur avant de le quitter. La rapidité de déplacement et la discrétion de cette espèce d’un point à un autre fait que l’espèce peut facilement passer inaperçue le long de son trajet de dispersion. A ce stade, cette observation dans le Finistère ne permet pas d’affirmer que le loup s’installe dans le département. La capitalisation des informations dans le temps est nécessaire pour évaluer l’évolution de la situation."

Les associations naturalistes bretonnes dont Bretagne Vivante et le Groupe Mammologique Breton, anticipaient ce retour. C'est pour cela qu'elles ont créé le Groupe loup Bretagne(composé de membres du Groupe mammalogique breton et de Bretagne Vivante).

C’est la première observation avérée d’un loup (Canis lupus) dans le Finistère et la Bretagne administrative depuis sa disparition sous la pression de destruction au tout début du siècle dernier. Compte tenu de la pression d’observation, nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une arrivée récente. Les connaissances de la biologie et des comportements de l’espèce donnent la certitude que qu’autres disperseurs atteindront tôt ou tard la région. Rappelons qu’un individu mort a été trouvé à Saint-Brevin-les-Pins en Loire-Atlantique au mois d’octobre 2021.

Depuis janvier 2021, le Groupe Loup Bretagne a sollicité les autorités régionales afin qu’elles anticipent ce retour spontané et, pour ce faire, mettent en place des instances de concertation entre les divers groupes sociaux ayant à exprimer un point de vue sur le sujet. L’objectif est la préparation des conditions optimales de la cohabitation. Malgré une nouvelle demande, aucune réponse ne lui est parvenue à ce jour.

Vidéo réalisée par Emmanuel Holder (Conservateur des réserves naturelles des monts d'Arrée Bretagne Vivante) le 4 mai 2022 (la date indiquée sur la vidéo est fausse)

Information sur le loup : https://loup.bzh/