mercredi 4 janvier 2023

La lettre herpétologique #5 de Bretagne Vivante est disponible !

Bretagne

*|MC:SUBJECT|*
  n°5 - Janvier 2023
    © C. Martin
 CONNAISSANCE 

Enquête régionale : plus de données Alyte accoucheur en 2022 que n'importe quelle autre année sur Faune Bretagne !
Mâle d'Alyte accoucheur

Avec 30% des données de la base collectées en 2021 et 2022, l'enquête Alyte accoucheur a permis, non seulement de découvrir des sites jusqu'alors non répertoriés, mais aussi de confirmer sa présence sur des secteurs où il n'y avait pas eu de prospection depuis longtemps.

Sur les 426 données de Faune Bretagne, 128 observations ont eu lieu en 2021 et 2022.  La première donnée disponible date de 1972. Avant 2014, les données restent rares. Depuis 2014, et l'ouverture du portail Faune Bretagne, le nombre d'observations augmente régulièrement tous les ans.

Aujourd'hui,  l'Alyte accoucheur est ou a été connu dans 250 sites en Bretagne, dont 86 pour les deux dernières années. Merci aux 68 observateurs qui ont permis d'améliorer la connaissance de la répartition de cette espèce discrète.

En dépit de larges zones qui semblent  peu ou pas  prospectées, la carte se remplit peu à peu. Globalement les zones sans observation restent les mêmes depuis l'enquête précédente. Pourtant, les nouvelles données montrent que les populations paraissent  moins isolées les unes des autres que ce que l'on pensait. C'est plutôt une bonne nouvelle pour cette espèce sensible à la fragmentation de ses habitats.

Répartition des observations d'Alyte accoucheur en Bretagne - Faune Bretagne 2012 - 2022
 CHEZ NOS VOISINS

Nouvelle liste rouge des Amphibiens de Normandie
L'évaluation réalisée en 2022 a permis de révéler que sur les 17 espèces analysées, 10 sont considérées comme menacées dans la région, en danger critique (CR), en danger (EN) ou vulnérables (VU). Ainsi, la part des espèces menacées s'élève à 55,5 % contre 47 % il y a moins de 10 ans !
Cette dégradation s'explique par l'amplification des facteurs négatifs : la dégradation du bocage, l'occurrence des sécheresses ...  mais ces impacts ont été rendus plus visibles grâce aussi à l'amélioration de connaissance, due au programme POPAmphibien coordonné au niveau national par la Société Herpétologique de France et largement mis en place sur le territoire normand.
En effet, depuis 2007, l'Union Régionale des CPIE de Normandie coordonne ce programme dans la région. Ce suivi scientifique régulier de 945 sites de reproduction (2 744 populations de référence) permet de mesurer l'évolution des différentes espèces. Le constat est sans appel : près d'un quart des populations a disparu en 15 ans. Cette tendance globale traduit la régression de plus de 78 % des espèces.  Sur les 14 taxons indigènes suivis, une seule espèce est en expansion de manière significative : la Grenouille agile. Dans le même temps, huit espèces régressent significativement (régression > 20 %).
Des espèces communes hier sont, aujourd'hui, considérées comme vulnérables au regard de l'ampleur du déclin de leurs populations. La Salamandre tachetée, la Grenouille rousse, le Triton alpestre... rejoignent les niveaux de menaces réservées il y a peu   à des espèces plus rares, le Pélodyte ponctué ou le Crapaud calamite.
Pour en savoir plus consultez la liste rouge des amphibiens de Normandie
 Mickaël Barrioz - CPIE Du Cotentin
 SUIVIS 

 Le POPReptile en Bretagne
Vipère péliade sous plaque à Plougastel-Daoulas (29) - juillet 2022
Depuis 2021, sous la houlette de l'Observatoire, des suivis POPReptile ont été installés un peu partout en Bretagne. Les gestionnaires d'espaces naturels et les bénévoles se sont lancés dans le suivi au long terme des populations de serpents et de lézards afin d'avoir une visibilité sur l'évolution des populations bretonnes, permettant ainsi, à terme, de pouvoir contribuer à l'évaluation des tendances des espèces à différentes échelles.
240 plaques sont réparties dans les Côtes-d'Armor, 216 dans le  Finistère, 204 en Ille-et-Vilaine et 178 dans le Morbihan, soit 838 plaques installées  sur 69 sites du Léon à la vallée de la Vilaine.
Ces suivis ont permis d'insuffler une nouvelle dynamique autour des reptiles,  un peu essoufflée depuis la rédaction de l'Atlas paru en 2014. En plus d'intégrer le jeu de données national, toutes les observations issues de ces suivis ont aussi permis de découvrir la Coronelle lisse sur plusieurs sites où elle n'avait jamais été mentionnée et de redécouvrir des espèces qui n'avaient pas été vues depuis parfois des années.
Si vous êtes intéressés pour participer à ces suivis contactez le référent de votre département !
 
Orvet fragile sous plaque à Plouvien (29) - mars 2021
 DES NOUVELLES DES HERPETOS

Bilan de l'enquête sur la production de données herpétologiques chez les gestionnaires bretons
Observations de terrain à Rennes (35) - avril 2021
En 2021 et 2022, l'OhB a réalisé une enquête régionale sur les données amphibiens et reptiles en Bretagne. L'objectif était d'identifier les organismes susceptibles de produire des données, de mieux connaître leurs outils de bancarisation et leurs souhaits de mettre ou non ces données au pot commun, via la plateforme régionale Biodiv'Bretagne.
Sur les 81 structures sollicitées, 33 ont répondu. 83% d'entre elles sont des gestionnaires d'espaces naturels et l'essentiel de ces structures a identifié un ou plusieurs enjeux herpétologiques sur leur territoire.
Seul un tiers des participants dit bancariser ses données en totalité, les rendant accessibles à plus large échelle. Sur l'ensemble des réponses, les outils utilisés sont multiples (Serena, Faune Bretagne, bases de données internes, carnets de terrain et/ou rapports d'activité...), ce qui complique l'uniformisation de toutes ces informations qui permettrait pourtant de mieux connaître la répartition et l'évolution des populations à l'échelle de la Bretagne. Cependant, une majorité des structures interrogées transmettent déjà leurs données aux associations de protection de la nature; et les structures qui ne le font pas seraient enclines à le faire si elles étaient accompagnées. Ce point montre la confiance que portent les gestionnaires aux associations de protection de la nature et permet d'envisager une meilleure mutualisation des données à l'avenir pour aboutir à une meilleure connaissance de ces espèces trop méconnues.
Delphine Even - Viv'Armor Nautre
Formation POPAmphibien
Aujourd'hui, en comparaison à d'autres régions,  la Bretagne est à la traîne en termes de nombre de suivis protocolés nationaux POPAmphibien installés sur le territoire. Pour pallier ce manque, le 29 novembre 2022 à Loudéac (22) a eu lieu la première formation régionale destinée à préparer les gestionnaires d'espaces naturels à la mise en place d'un protocole POPAmphibien sur leurs sites. Cette demi-journée théorique avait pour but de présenter le protocole de suivi et les besoins qui en découlent. 25 gestionnaires ont participé à cette formation. En janvier, une nouvelle session sera proposée et une journée sur le terrain supplémentaire sera proposée à l'ensemble des participants pour répondre à toutes les questions  et pour inciter les gestionnaires professionnels à s'approprier cette démarche et à la mettre en œuvre sur les sites dont ils ont la gestion.

En parallèle de cette formation spéciale gestionnaires, deux autres temps de formation à destination des bénévoles seront organisés en 2023. Toute personne intéressée par l'installation d'un POPAmphibien est fortement invitée à participer à l'une ou l'autre de ces sessions :
  • samedi 21 janvier à Tremaouezan (29), contact : stephane.wiza@bretagne-vivante.org
  • samedi 18 février à Redon (35),  contact : gabriel.mazo@bretagne-vivante.org
L'objectif principal du POPAmphibien est de suivre les populations d'amphibiens dans tous les types de paysages pour, à terme pouvoir comparer les données et dégager les tendances, espèce par espèce, à l'échelle nationale.
Si vous êtes intéressés par la démarche, n'hésitez pas à vous renseigner et à vous inscrire auprès du coordinateur OhB le plus proche.
.
Présentation du protocole POPAmphibien aux gestionnaires bretons à Loudéac (22) - novembre 2022
 INSOLITE 

Le mélanisme chez les reptiles bretons
Cette année à Malguénac (56), au Cloître-Saint-Thégonnec (29) et à Saint-Évarzec (29) plusieurs couleuvres helvétiques mélaniques se sont laissées observées. Ce n'est pas tous les jours que l'on voit un individu tout noir ! C'est fort utile de bien se chauffer lors de la digestion qui est d'autant plus rapide pour nos amis ectothermes. Qui dit digestion plus rapide dit plus de repas par an et donc une croissance plus forte. A contrario, le mélanisme augmente la probabilité d'être détecté par rapport aux congénères aux livrées plus cryptiques. Gardez l'œil ouvert, une belle observation comme celle-ci est rare mais pas impossible ! 
Pour en savoir plus sur le mélanisme chez la Couleuvre helvétique :
Mais le mélanisme chez les reptiles ne concerne pas que la Couleuvre helvétique. Cette année, un second lézard à deux raies mélanique a été observé en Loire-Atlantique alors pourquoi pas d'autres observations dans le  Morbihan, les Côtes-d'Armor ou le Finistère ?

Pour saisir vos observations herpétologiques d'individus mélaniques ... ou pas, ayez le bon réflexe :
https://www.faune-bretagne.org/.
Couleuvre helvétique mélanique à Glomel (22) - mai 2019
L'espèce à la une :
Grenouille agile 
Amplexus de Grenouille agile à Moisdon-la-Rivière (44) - mars 2012
Contrairement à la Grenouille rousse qui annonce la saison de l'herpétologie de terrain en pondant dès décembre, la Grenouille agile regagne les mares et les étangs en février mars pour y pondre ses grappes d'œufs. Les pontes de la Grenouille agile ne sont pas agglutinées les unes aux autres et ne forment jamais de radeaux. Le plus souvent, elles sont isolées, flottant entre deux eaux. Hormis ces différences écologiques, les deux espèces fréquentent globalement les mêmes habitats boisés et bocagers et se ressemblent beaucoup.
Reconnaître la Grenouille agile
Un museau plus allongé, un iris bicolore avec une partie haute dorée, un grand tympan presque de la taille de l'œil et proche de celui-ci, une coloration claire sur la lèvre supérieure qui se poursuit jusqu'au museau, des pattes postérieures plus longues, une peau lisse et une allure plus élancée sont autant de critères subtils qui différencient l'agile de la rousse. Tant et si bien que ces reproductions décalées et ces stratégies de ponte différentes sont encore les meilleures façons pour les détecter sur le terrain et évaluer leurs populations.
Leurs populations 
Celles-ci semblent se maintenir en Bretagne malgré une présence plus diffuse et moins régulière à l'ouest de la région. Comme la Grenouille rousse, la Grenouille agile se raréfie, notamment dans les secteurs où les remembrements ont été les plus excessifs.
Rencontres herpétologiques de Bretagne
Venez nombreux à Bégard (22) le samedi 4 février de 10h à 13h pour les premières rencontres herpétologiques bretonnes, organisées par l'Observatoire, dans le cadre du festival Natur'Armor ! Des présentations seront faites sur les Tritons de la forêt de Rennes, les Vipères en Bretagne et les actions de l'OhB.
https://www.vivarmor.fr/nos-actions/festival-naturarmor/
La manipulation des espèces
Les amphibiens et les reptiles sont protégés. Leur capture et leur manipulation sont interdites sans autorisation. Pour autant, elles peuvent s'avérer nécessaires pour des inventaires et des suivis scientifiques ayant pour but de mieux connaître et mieux conserver les populations locales. La Société Herpétologique Française vous explique la démarche à suivre pour obtenir cette autorisation de capture. 
La Réglementation
Outils en ligne
>> Pour échanger, poser des questions, confirmer une identification :
 forum-bretagne-vivante.org
 

>> Pensez à saisir vos observations :
♦  faune-bretagne.org 
♦  faune-loire-atlantique.org
♦  via l'appli NaturaList
Photothèque participative 
 \ Avis aux photographes /
 
L'OhB souhaite créer une photothèque participative qui centralise des photos d'amphibiens, de reptiles et de milieux. 
Les photos seront utilisées pour réaliser des outils de sensibilisation ou pour illustrer des publications.
Si vous souhaitez participer, rendez-vous sur ce lien, qui explicite les quelques simples consignes

À votre bon cœur !
Restons en contact
Des listes de discussion départementales ont été créées pour faciliter les échanges entre naturalistes intéressés par l'herpétologie de terrain.
Si vous souhaitez contribuer aux inventaires et suivis en cours dans votre département, ou si vous avez envie de proposer des prospections de terrain, ces listes sont là pour ça.

N'hésitez pas à contacter le référent de votre secteur pour vous inscrire :  

 - Finistère
stephane.wiza@bretagne-vivante.org
 - Ille-et-Vilaine
regis.morel@bretagne-vivante.org
 - Morbihan
 
gabriel.mazo@bretagne-vivante.org
 - Côtes-d'Armor
 pa.rault@vivarmor.fr
Une nouvelle à partager ?
Une actu en lien avec l'herpétologie à partager ?  Une découverte originale ? Un programme de conservation en faveur de l'herpétofaune ?
Diffusez l'info dans la prochaine lettre régionale, contactez :
gabriel.mazo@bretagne-vivante.org
ou
stephane.wiza@bretagne-vivante.org 
 
La lettre Herpétologie de Bretagne Vivante est publiée dans le cadre de l'Observatoire
herpétologique de Bretagne.

Nos partenaires associatifs : 


Nos partenaires financiers :