vendredi 12 mars 2021

Comment se portent les populations de gravelots à collier interrompu en Bretagne ? Bilan 2020

Bretagne

Quelques mots sur l'espèce 

Le Gravelot à collier interrompu Charadrius alexandrinus est un oiseau rare et en déclin en France et en Europe. L’espèce est emblématique du littoral breton en raison de sa vulnérabilité (déclin des effectifs) et de la forte valeur patrimoniale des milieux qu’elle occupe (dunes, hauts de plages, littoral, etc.). L’espèce est considérée comme un indicateur de la bonne gestion du littoral et peut être utilisée comme bio-indicateur.

Le Gravelot à collier interrompu niche chaque printemps entre avril et août en diverses localités du littoral breton, des bancs coquilliers de la baie du mont Saint-Michel jusqu’aux plages du Morbihan. Trois secteurs principaux accueillent l’essentiel des nicheurs bretons : la baie du mont Saint-Michel, la baie d’Audierne-pays bigouden et le massif dunaire de Gâvres-Quiberon.

   

Répartition en Bretagne et menaces 

La Bretagne hébergeait jusqu’au début des années 2010 entre 13 et 17 % de la population nicheuse française (contre 30 % en 1984). À l’échelle régionale, ses effectifs ont diminué de 43 % entre 1984 et 2013 (291 à 165 couples). L'érosion des effectifs nicheurs semble stagner. En effet,  les effectifs de Gravelot à collier interrompu nicheurs s'élève environ 230-235 couples en 2020 sur l'ensemble de le Bretagne (contre 224 en 2019 et 235 en 2018).
Les effectifs hivernants bretons représentent 6,4 % des effectifs nationaux hivernants en 2020.

L’espèce est confrontée à plusieurs menaces :

  • développement sans précédent des activités humaines sur le littoral,
  • prédation de la faune sauvage (corvidés, renard, etc.),
  • auxquels il faut désormais ajouter les changements globaux (réchauffement climatique, montée des eaux, érosion de la frange littorale, etc.).

Toutes ces menaces peuvent compromettre de façon irréparable la réussite d’une nichée et influencer inéluctablement la dynamique de la population. L’étroite bande côtière, dont la surface libre ne cesse de décroître, est le théâtre toute l’année d’une fréquentation humaine en forte augmentation où se côtoient à la belle saison, période de nidification du Gravelot et activités humaines récréatives. L'équilibre nécessaire est parfois difficile à trouver malgré des campagnes de sensibilisation et la récente médiatisation de l'espèce. 

L'action de Bretagne Vivante : conserver, protéger et responsabiliser 

La Bretagne se doit d’assumer une importante responsabilité dans la préservation de cette espèce et de ses habitats à fort intérêt patrimonial. Ainsi, depuis 2011, Bretagne Vivante anime et coordonne des actions avec l'aide de ses partenaires, ayant un objectif  double :

  • Conserver et renforcer la population bretonne de Gravelot à collier interrompu et ses habitats.
  • Responsabiliser les gestionnaires et les collectivités locales et les inciter à devenir autonomes sur la problématique de la conservation des hauts de plages.

Bretagne Vivante et ses partenaires locaux mènent ainsi des actions de suivi des population (comptage individuel des oiseaux adultes ou poussin, recensement des nids et suivi des poussins, baguage d'individus, etc.) mais aussi d'information et de sensibilisation des citoyen.nes afin de mieux partager l'espace avec ces oiseaux rare et menacée. 

    

2020, année particulière ? 

Au printemps 2020, la France a été confinée à domicile du 17 mars au 11 mai. Ce contexte inédit  laissait présager le meilleur pour la saison de reproduction des oiseaux du littoral et notamment les gravelots à collier interrompu. Les espoirs et questionnements étaient nombreux : la période de tranquillité allait-elle être bénéfique pour la reproduction du Gravelot à collier interrompu  ?  L'espèce allait-elle recoloniser des espaces désertés car trop fréquentés ? Dans quelle mesure le respect du confinement, puis des règles du déconfinement, allaient-ils jouer sur la conservation de cette espèce ? Quels seront les impacts de la médiatisation de cette espèce sur le changement de comportement des usagers des plages ? 

Pas réponse unique, mais des situations différentes selon les départements. Le bilan 2020 ci-dessous revient en détail sur le sujet. 

Bilan régional 2020 - Suivi de reproduction du Gravelot à collier interrompu - Bretagne

Ce qui est certain, c'est que l'attention et la prise de conscience des humains que leurs plages préférées étaient aussi le lieu de vie d'autres espèces a été et est toujours bénéfique. Le partage des espaces naturels est indispensable pour protéger certaines espèces menacée comme le Gravelot à collier interrompu. 

Aller plus loin :Comment protéger le Gravelot à collier interrompu ? Guide pratique à l'usages des gestionnaires (mais pas que)