mardi 30 novembre 2021

Choucas des tours en Bretagne, nouvelle victoire judiciaire pour enfin changer de paradigme ?

Bretagne

Depuis plusieurs années, Bretagne Vivante conteste devant les tribunaux administratifs des arrêtés préfectoraux autorisant les destructions d’espèces protégées au nom des dégâts qu’elles causent notamment, aux agriculteurs. Le cas du Choucas des tours est emblématique car l'abattage de milliers d'oiseaux par an ne résout rien, mais les quotas ne cessent pourtant d'augmenter…

En 2020, le tribunal administratif de Rennes avait déjà annulé un arrêté du Préfet du Morbihan de 2018 parce que la réalité des dégâts causés par les Choucas des tours n'était pas démontrée dans ce département.
Le 25 novembre 2021, notre juriste Romain Ecorchard était de nouveau à Rennes pour dénoncer cette fois l’arrêté préfectoral des Côtes-d’Armor qui a autorisé en 2020 la destruction de 8 000 choucas des tours. Nouvelle victoire juridique : le juge à annulé cet arrêté préfectoral. En effet, la justice « a estimé que les dégâts imputés aux corvidés n’étaient pas démontrés et que des solutions alternatives n’avaient pas été envisagées ».

Deux autres arrêtés concernant le Finistère sont également actuellement contestés.

Que plaidons nous ?

Sans être aveugle ni sourd aux dégâts causés par les choucas aux agriculteurs bretons, notre association naturaliste ne peut que constater avec d’autres l’inefficacité du tir de masse qui ne règle pas le problème. Nous avions plaidé et obtenu de l’État une étude scientifique (menée par l’université de Rennes) qui vise à mieux connaître les effectifs et le comportement de l’espèce afin de trouver les solutions les plus pertinentes.

Les premiers résultats devraient être connus au premier trimestre 2022. Ils éclaireront probablement les décisions, nous souhaitons que l'autorité administrative attende ses conclusions pour prendre d’autres mesures.

En contestant ces arrêtés, nous souhaitons ainsi poser un nouveau cadre juridique plus en accord avec les réalités écologiques et biologiques de l’espèce afin de trouver une solution pérenne et efficace. La destruction massive de Choucas des tours nous paraît, en tout état de cause, inadmissible, tant éthiquement qu'écologiquement.

Les raisons de la présence du choucas en Bretagne

Bretagne Vivante et la LPO Bretagne estiment que l’évolution des pratiques agricoles a permis l’explosion des populations de Choucas des tours. « Avec le développement des cultures intensives, notamment du maïs, au détriment des prairies, 1 % des grains reste sur le champ, après récolte », estime Jean-Pierre Roullaud, bénévole et membre du groupe Agriculture et Biodiversité de Bretagne Vivante. Cela constitue une aubaine pour les espèces opportunistes comme le choucas qui n’a alors aucune raison de partir et peut aisément se reproduire. Cela expliquerait en grande partie l’augmentation du Choucas des tours en Bretagne depuis la fin des années 80. L'étude en cours devrait permettre d'apporter des éléments plus précis.

La solution au « problème choucas » réside probablement dans un changement des pratiques agricoles et dans la reconsidération des relations humains/nature/vivant que Bretagne Vivante souhaite plus harmonieuse et cohérente face aux défis d’aujourd’hui et de demain.

Lire aussi « Choucas des tours, et si on cohabitait ? » Dossier du BV Mag 39

Intéressé·es par la thématique "Agriculture et Biodiversité" ? Rejoignez notre groupe régional : luc.guihard@bretagne-vivante.org

Carte du Penn Ar Bed n°244