mercredi 31 août 2022

Bretagne Vivante soutient l’initiative de fermeture définitive d’une route départementale des Côtes d’Armor pour préserver des espèces menacées

Bretagne

Bretagne Vivante soutient l’initiative de fermeture définitive d’une route départementale des Côtes d’Armor pour préserver des espèces menacées

Bretagne Vivante félicite le choix des élus locaux d’avoir fermé un tronçon de la RD28 pour participer à la conservation d’un des groupes d’espèces animales les plus menacés en France et dans le monde.

Ce choix témoigne d’un rare courage politique, réellement au service de l’intérêt général. Il souligne également le sérieux des élus de Lamballe-Armor, Lamballe Terre & Mer et du Conseil départemental des Côtes d’Armor, qui se sont appuyés sur l’expertise combinée des services techniques de la collectivité, du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) et de l’association VivArmor Nature. C’est le fruit d’un travail de plusieurs années qui a été possible grâce à la mobilisation des nombreux bénévoles d’associations locales ainsi qu’à une concertation transparente avec les citoyens du territoire.

Bretagne Vivante, association de protection de la nature en Bretagne depuis plus de 60 ans, apporte son soutien sans faille aux collectivités porteuses de ce type d’initiatives.

 

Les amphibiens sont en déclin dans le monde entier et la Bretagne ne fait pas exception

8 espèces d’amphibiens sur 35 sont menacées de disparition sur le territoire métropolitain.

En dépit de la protection réglementaire dont bénéficient les amphibiens de France depuis les années 1980, le nombre d’espèces menacées pourrait encore augmenter significativement dans les années à venir si aucune action n’est entreprise pour améliorer leur situation. Outre les espèces menacées, 12 espèces d’amphibiens se classent aujourd’hui dans la catégorie « Quasi menacée » en France. Ces espèces subissent une dégradation marquée et continue de leurs habitats, et leurs populations s’érodent progressivement, à l’image du Triton marbré et du Triton crêté, deux espèces présentes sur les Landes de la Poterie.

 

Les transformations du territoire en cours depuis plus d’un siècle dégradent les espaces naturels

Les espaces naturels sont marqués par l’urbanisation, le développement des infrastructures de transport et l’intensification des pratiques agricoles. La régression et la fragmentation des milieux naturels affectent fortement les populations des reptiles et des amphibiens.

 

Les Landes de la Poterie, un site exceptionnel à l’échelle régionale, réservoir de biodiversité

Les Landes de la Poterie sont un habitat privilégié qui combine justement toutes les fonctions nécessaires à l’exigence écologique de ces espèces. Les élus auraient-ils pu, en toute connaissance de cause, prendre le risque de laisser disparaître des populations remarquables d’amphibiens, alors que des alternatives crédibles ont été étudiées et validées techniquement ?

 

La RD28 et ses 500 véhicules par jour traversait le chemin des amphibiens

Si les efforts cumulés de VivArmor Nature, de l’association La Poterie Nature et Patrimoine, et des étudiants du lycée de Pommerit-Jaudy ont permis d’assurer une traversée sereine aux migrateurs et d’acquérir une connaissance fine des processus de déplacement sur ce secteur, il fallait trouver une solution pérenne se substituant au dispositif de sauvetage déployé dès l’hiver 2016 qui était basé notamment sur le bénévolat.

La satisfaction des intérêts particuliers et le confort individuel doivent composer avec la défense de l’intérêt général. Aujourd’hui d’autres itinéraires pour ces véhicules sont possibles, même si cela engendre des changements d’habitudes et certaines contraintes pour les usagers.

Nous sommes tous concernés par le déclin de la biodiversité ; les opposants à la fermeture de la RD28 aussi.

Télécharger le communiqué