dimanche 21 mars 2021

Bretagne Vivante contribue au programme LIFE Sallina en Loire-Atlantique

Loire-Atlantique

Le projet LIFE Sallina

Infographie LIFE sallina - Source : Cap Atlantique 

Sur la façade atlantique française, l’action de l’Homme, en façonnant les marais salants, a contribué au maintien de nombreux habitats d’intérêt communautaire et d’espèces patrimoniales. C’est le cas de la Région Pays-de-la-Loire qui compte près de 16 000 ha de marais salants et salés.

Ce patrimoine naturel est sous pression : absence de gestion hydraulique, atterrissement, utilisation d’engins mécaniques à des périodes sensibles d’une part, déprise salicole et agricole d’autre part, développement des espèces invasives, méconnaissance des enjeux par le Grand Public…

Le projet LIFE Sallina (pour Sustainable Actions on Loire Lagoons for Improvement aNd Assessment) vise entre 2018 et 2023 la restauration et la conservation des habitats d’intérêt communautaire et des espèces des marais salants et salés de la Région Pays-de-la-Loire.

Le programme européen LIFE Sallina a pour objectif de restaurer et préserver la biodiversité exceptionnelle des marais salants et salés des Pays de la Loire.

Site internet du LIFE Sallina

   

Contribution de Bretagne Vivante au programme LIFE Sallina

Bretagne Vivante a mené une étude, en lien avec la communauté d'agglomération Cap Atlantique, visant à caractériser les herbiers aquatiques saumâtres lagunaires. L'étude menée dans ce cadre  s'attachait à améliorer la connaissance sur les différentes végétations aquatiques des bassins, en friche ou exploités, des marais salants de Guérande et du Mès en Loire-Atlantique.

L'attention s'est focalisée sur les Characées, groupe appartenant à la famille des algues vertes, des milieux saumâtres notamment la Tolypelle saline qui est protégée en France. Les caractéristiques physico-chimiques de 16 bassins ont été étudiés mensuellement pendant 13 mois avec une description fine des groupements végétaux aquatiques de ces bassins.

Les résultats montrent l'originalité de ces milieux, la diversité et la patrimonialité de leur végétation mais surtout l'urgence à les conserver.

Voir le rapport 

  

Caractérisation des herbiers aquatiques saumâtres lagunaires

L’habitat « Lagunes côtières », milieu « naturel » typique des marais salants et salés, présente une grande variété de groupements végétaux et d’invertébrés, selon les niveaux de salinité rencontrés. Ainsi, on trouve au sein des bassins des végétations liées à un fort taux de salinité, dites hypersalines, telles que des herbiers de Ruppia sp. et des herbiers de Renoncule de Beaudot (Ranunculus baudotii) dans les bassins les moins salés dits « saumâtres ».

Les lagunes saumâtres constituent des milieux très importants pour la biodiversité et accueillent une faune et une flore riche et diversifiée. Pour les odonates, nous pouvons citer le Leste dryade (Lestes dryas), l’Agrion élégant (Ischnura elegans) et le Leste barbare (Lestes barbarus). En ce qui concerne les amphibiens, le Triton palmé (Lissotriton helveticus), le Triton crêté (Triturus cristatus), la Grenouille agile (Rana dalmatina) ou le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) peuvent y être observés. Enfin, les lagunes saumâtres accueillent l’espèce la plus menacée des marais salants : la Tolypelle saline (Tolypella salina). Les lagunes saumâtres contribuent ainsi à la richesse biologique des marais salants , il est donc primordial de les préserver.

Il existe actuellement des lacunes sur les conditions écologiques favorables à la conservation des herbiers des lagunes saumâtres (niveau d’eau, salinité, teneur en azote et phosphore…). L’amélioration des connaissances sur ces milieux particuliers est nécessaire pour mettre en place une gestion favorable au maintien et au développement de ces herbiers.

L’étude menée par Bretagne Vivante a pour objectif de caractériser les conditions écologiques permettant la présence des herbiers saumâtres de l’habitat « Lagunes côtières » afin de définir les modalités de gestion hydraulique à suivre pour les maintenir voire les développer.

Voir le rapport 

Herbiers à Tolypelle saline (Crédit photo : A. Lachaud)  

Herbiers à Renoncule de Baudot (Crédit photo : A. Lachaud)