18 AOUT 2016
Photo : Arnaud Le Nevé

Quelques nouvelles de la migration post-nuptiale 2016 du Phragmite aquatique en France


Les premières captures ont eu lieu le 30 juillet 2016, malgré l'ouverture de certaines stations dès le mois de juillet (Bretagne et estuaire de la Loire).
Le nombre de captures est assez faible pour le moment, avec un effectif cumulé de 86 individus le 16 août. Pour mémoire, à la même date l'année dernière, le cumul des captures était de 312 individus, certes avec 4 stations en plus.
 
En prenant uniquement les mêmes 11 stations depuis 2013 (où on peut approximer une pression de captures assez similaire), on voit bien que ce début de saison est très faible en terme de captures, alors que la migration a bien commencé, au regard du nombre de captures, toutes espèces confondues ; par exemple : 5000 captures en 20 matinées à Donges (44), 1189 captures en 15 matinées à Kervijen, 3127 captures en 13 matinées, 2309 captures en 24 matinées à Trunvel… Les pressions de captures (longueurs de filet) sont très variables d'un site à l'autre, il faut comprendre que ces chiffres témoignent d'un bon taux de captures, notamment des Rousserolles effarvattes et surtout du Phragmite des joncs (comm. pers. D. Hemery, G. Guyot, H. Dugué, J. Jacob).
 
Le pic de passage sur 40 années cumulées est entre le 11 et le 19 août… c'est-à-dire maintenant ! … La légère augmentation de ces derniers jours signe peut-être l'arrivée du pic de migration des Phragmites aquatiques ? Les informations disponibles sur les autres stations, témoignent de captures aux Pays-Bas et en Belgique depuis le 25 juillet, et un peu plus ces derniers jours.
 
Un élément que nous n'avons pas pour le moment est les données sur la reproduction 2016 dans les pays de l'est….
 
Histoire à suivre….
Evolution des effectifs capturés
 
Captures journalières, jusqu'au 15/08/2016
Sites des captures 2016, France, Belgique, Pays-Bas