Agriculture et biodiversité

Les Rencontres Agriculture & Nature ! 

Comment fonctionne une exploitation agricole ? Quelle place y tient la biodiversité ?
Et si on travaillait ensemble ?
Ce sont quelques-unes des questions, parmi 1000 autres possibles, qui seront explorées lors des cinq rencontres Agriculture & Nature proposées aux adhérents de Bretagne Vivante cette année.

Programme :  Rencontres Agriculture & Nature 2017.pdf (210 kB)

 

La biodiversité est indispensable à l’agriculture

Depuis sa création, Bretagne Vivante scrute la nature en Bretagne. Ce long travail de terrain a  conduit ses membres à comprendre, depuis longtemps déjà, que la biodiversité ne s’arrête pas aux frontières des espaces naturels, mais au contraire qu’elle est partie intégrante de la production.  À l’heure où, depuis quelques années, plusieurs programmes de suivi de la biodiversité auxquels nous contribuons nous alertent sur une baisse sensible de celle-ci dans les espaces agricoles, nous avons pleinement conscience qu’il y  a là un véritable enjeu majeur.

Nous sommes sensibles aux problèmes économiques et sociaux du monde agricole et nous sommes convaincus que la prise en compte de l’environnement n’est pas un frein à son développement économique. Nous sommes persuadés qu’une bonne prise en compte de la biodiversité par les pratiques agricoles est un atout pour l’équilibre de la « ferme Bretagne ». Elle répond  aux besoins d’une agriculture durable, c’est-à-dire productive et rémunératrice, socialement acceptable, compatible avec l’environnement et la société sur le long terme. L’agriculture peut être un plus pour la biodiversité, la biodiversité peut être un plus pour l’agriculture.

Aussi il nous semble nécessaire d’aller plus loin et d’apporter notre compétence en lançant des actions pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans les espaces agricoles de toute nature et pour contribuer à identifier et faire reconnaître les pratiques agricoles bénéfiques pour la biodiversité dans les exploitations.

Une telle entreprise ne peut se concevoir qu’en collaboration avec tous les acteurs dans un esprit d’échanges et d’apports mutuels.

 

Bretagne Vivante et l’agriculture : une longue histoire d’échanges

La vie de l’association est jalonnée d’actions concrètes qui soulignent son lien permanent à la nature et son attachement au terrain. Nous agissons pour protéger la nature, mais aussi pour comprendre les relations qui unissent l’humain à son territoire, comment il le façonne et comment il peut en conserver le potentiel au bénéfice de tous.

 

Quelques exemples :

Bois Joubert
Les participants des Journées d'Automne 2009 découvrent la ferme de Bois Joubert.

• La réserve de Goulien – Cap Sizun est une réserve ornithologique et un lieu d’expérimentation de la gestion de la lande par la fauche et le pâturage. Cet exemple se retrouve sous diverses formes, souvent en collaboration avec des agriculteurs, dans le réseau des espaces protégés gérés par Bretagne Vivante.

• Le legs du domaine de Bois-Joubert en Brière (44) à l’association s’est traduit par l’installation d’un agriculteur et la participation active à la sauvegarde de la vache Nantaise en accueillant le dernier troupeau constitué. La collection de pommiers de l’Inra d’Angers sera aussi implantée sur le domaine, marquant la création d’un verger-conservatoire.

• Un numéro de la revue Penn ar Bed consacré aux talus souligne le rôle actif possible du naturaliste dans l’aménagement du monde rural qui « évitera les destructions irréversibles commises au nom d’une rentabilité aux normes éphémères, proposera les mesures de sagesse garantes de l’équilibre biologique, fera admettre que le talus n’est pas un simple obstacle, mais une source de vie ».

• La participation active à diverses instances de réflexion liées à l’agriculture (centre de ressource de Kerlavic (29), CDCEA, CRAE) et l’expertise exercée au sein de plusieurs groupes de travail (recensement des populations de choucas des tours en Finistère, suivi du protocole Écophyto, participation au groupe Zones humides du Conseil général du Finistère, etc.) traduisent notre volonté de contribuer au dialogue entre agriculture et environnement.

 

Ce que nous voulons

Luc Guihard et Yannick Frézel
Yannick Frézel fait découvrir son exploitation de Loqueffret à Luc Guihard.
Nous voulons une agriculture agroécologique, c’est-à-dire une agriculture reliée aux sols, aux paysages et aux territoires de Bretagne, qui réalise l’alliance des connaissances agronomiques et naturalistes dans une démarche systémique intégrant les espaces agricoles et leur environnement. Nous voulons le maintien et l’installation du maximum d’agriculteurs tout en favorisant de nouveaux liens avec les habitants, dans une logique de valeur ajoutée pour le producteur, de fourniture d’une nourriture saine pour le consommateur local ou éloigné et d’économie des ressources naturelles.

Aldo Léopold, forestier américain et écologue, écrit : « les parties rentables de la nature ne peuvent fonctionner sans les parties non rentables » (Almanach d’un comté des Sables, 1947). Ce constat, que nous pouvons comprendre comme une première description du concept de service écologique, est aussi celui de Bretagne Vivante. Or, de nombreux signes révèlent un appauvrissement général des milieux. Sur notre territoire, depuis quelques décennies, cela se traduit par la régression des prairies naturelles, l’abandon des landes et des prairies humides, l’affaiblissement ou la suppression du bocage, la dégradation de la qualité de l’eau… Nous perdons tous de la qualité de vie, nous perdons tous des atouts...

Bretagne Vivante veut partager ses compétences pour travailler à une meilleure prise en compte de la biodiversité dans les espaces agricoles en s’associant à tous les acteurs du monde agricole désireux d’atteindre le même objectif pour construire ensemble une autre relation entre agriculture et biodiversité, entre agriculteurs et naturalistes, entre habitants du même territoire.

 

Deux propositions pour évoluer

1 - Bâtir un réseau de fermes-biodiversité

Pour améliorer la prise en compte de la biodiversité dans toutes ses composantes en agriculture, Bretagne Vivante propose de s’appuyer sur un réseau de fermes-biodiversité qui associera agriculteurs et naturalistes. Riche de la diversité de ses systèmes d’exploitation, de ses territoires et de ses acteurs, le réseau permettra d’échanger, d’expérimenter, d’évaluer, de partager, de se former et de créer.

 

Échanger

Pour mieux se connaître, dépasser les a priori afin de parvenir à établir les bases d’un projet commun. La finalité sera, pour les uns, de mieux comprendre les systèmes d’exploitation, pour les autres, d’appréhender la biodiversité sur son territoire.

Comment ? Organisation de rencontres/échanges de terrain sur des exploitations et sur des sites protégés pour mieux appréhender les pratiques, atouts et contraintes de chacun.

 

Expérimenter et évaluer

Pour identifier la biodiversité et les pratiques qui lui sont favorables, en cours ou à développer, en s’appuyant sur un diagnostic partagé entre agriculteurs et environnementalistes.

Comment ? Mise en place et suivi d’expériences de gestion chez les agriculteurs volontaires (maintien ou restauration d’habitat, maintien de populations d’oiseaux, mode de gestion des bordures, interaction bordures/parcelle…).

 

Partager

Pour témoigner des pratiques identifiées sur le terrain du réseau, les discuter et en étendre la diffusion.

Comment ? Organisation de visites techniques sur des sites du réseau.

 

2 - Développer  un programme de formation à l’observation de la biodiversité pour les agriculteurs

En proposant de se familiariser avec les domaines naturalistes, Bretagne Vivante souhaite  partager son savoir tout en donnant des clefs pour mieux comprendre la biodiversité afin que l’exploitant agricole puisse, in fine, lui-même apprécier un niveau de biodiversité de son exploitation et son évolution en fonction des changements de pratiques.

Comment ? En proposant de se familiariser avec les domaines naturalistes, Bretagne Vivante souhaite  partager son savoir tout en donnant des clefs pour mieux comprendre la biodiversité afin que l’exploitant agricole puisse, in fine, lui-même apprécier un niveau de biodiversité de son exploitation et son évolution en fonction des changements de pratiques.

 

Vous souhaitez rejoindre le réseau ?

Le projet vous séduit, venez nous rejoindre pour participer à sa construction.

Luc Guihard, référent salarié du groupe Agriculture & Biodiversité : luc.guihard@bretagne-vivante.org

Claude Poupon, administratrice référente du groupe Agriculture & Biodiversité : cpbv@orange.fr

Jean-Pierre Roullaud, administrateur référent du groupe Agriculture & Biodiversité : jean.pierre.roullaud@wanadoo.fr

 

Plaquette Agriculture et biodiversité BD.pdf (1,5 MB)

 

Enjeux économiques et agronomiques d'un renforcement du lien au sol des élevages bretons.pdf (1,9 MB)

Agriculture et biodiversité en images

Agriculture et biodiversité : Bretagne Vivante s'implique