Landes de Bilais

Les landes sont un habitat façonné par l'Homme. En effet, c'est au Néolithique, lorsque l'Homme se sédentarise et passe de chasseur-cueilleur à éleveur–producteur qu'il défriche des forêts pour mettre la terre en culture, laissant place à des milieux ouverts où se développeront sur certains sols bruyères et ajoncs. D'après le cadastre napoléonien de 1847, les landes faisaient parties des « communs », terres appartenant à la commune et mises à disposition des paysans pour le pâturage ou pour la litière des animaux.

Au cours de la deuxième moitié du XIXème et du XXème siècle, suite à l'intensification des pratiques agricoles, les landes régressent progressivement.

Certaines sont mises en culture, d'autres sont laissées à l'abandon et se boisent naturellement ou avec l'aide de plantations de résineux.

La richesse biologique et le paysage offerts par ces landes, devenues rares dans notre région, méritent aujourd'hui une attention toute particulière et une protection affirmée.

Les landes de Bilais, situées sur la commune de Drefféac (44), sont une relique de ces paysages et de cette richesse biologique, il convient donc de les préserver.

Les landes de Bilais se situent sur un affleurement de roches basiques. Ce site apparaît de l'extérieur fortement boisé (plantations), mais renferme une mosaïque de milieux ouverts composés de landes, prairies et mégaphorbiaies.

Le relief naturel du site des landes de Bilais a permis l'installation de cette diversité de milieux avec un gradient d'humidité variant en fonction de la topographie du site (milieux humides, milieux secs et leurs intermédiaires). On y retrouve les trois grands types de landes : sèche, mésophile et humide.

Le site des landes de Bilais possède une grande diversité floristique avec 238 espèces identifiées. Toutes les espèces d’éricacées du Massif Armoricain (M. Ardegen, CBNB) y sont représentées : Bruyère vagabonde (Erica vagans), Bruyère à balai (Erica scoparia), Bruyère cendrée (Erica cinerea), Bruyère ciliée (Erica ciliaris), Bruyère à quatre angles (Erica tetralix), Callune fausse bruyère (Calluna vulgaris).

Certaines autres pantes observées telles que la Gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe), la Cicendie filiforme (Cicendia filiformis), la Cicendie fluette (Exaculum pusillum) ou différentes espèces d’orchidées (orchis grenouille – Coeloglossum viride, orchis à fleurs lâches –Orchis laxiflora), indiquent la diversité des milieux humides liés aux landes, mares ou prairies.

Sur le plan faunistique, les landes de Bilais présentent une grande richesse au niveau de l’entomofaune (insectes) et de l’herpétofaune (reptiles et amphibiens).

  • Insectes

Les arthropodes sont bien représentés sur les landes de Bilais. Les nombreuses surfaces en eau profitent allègrement aux odonates (19 espèces) et les zones en landes et prairies sont favorables à l’installation de populations d’orthoptères (22 espèces dont le Criquet des joncs (Chortippusbinotatus binotatus) et le Grillon des torrents (Pteronemobius lineolatus), et aux populations de lépidoptères (47 espèces dont le Damier de la Succise – Euphydrias aurinia) qui profitent de la diversité floristique présente sur le site.

  • Amphibiens et reptiles

La bonne connaissance du site pour l’herpétofaune (J. LEGENTILHOMME, comm. pers.) a permis d'établir une liste présentant 5 espèces de reptiles (sur les 11 espèces recensées en Loire-Atlantique, hormis les tortues) et 8 espèces d’amphibiens (sur les 17 espèces connues en Loire-Atlantique) dont le Triton crêté (Triturus cristatus), le Triton marbré (Triturus marmoratus) et la Rainette verte (Hyla arborea).

Un suivi précis des populations, notamment de reptiles (Coronelle lisse – Coronella austriaca, Vipère péliade – Vipera berus, Couleuvre à collier – Natrix natrix), est en cours depuis plusieurs années, ce qui a permis d’estimer la population de la Vipère péliade (Vipera berus) par exemple à 300 individus (J. LEGENTILHOMME, ZNIEFF – 2006-2009).

Un suivi est aussi effectué annuellement par les bénévoles de Bretagne Vivante sur les mares pour évaluer les populations d’amphibiens. L'association participe au comité de gestion et a signé une convention avec la commune de Drefféac.

Pour voir une présentation du site naturel et les panneaux de notre antenne allez ICI

Conservateurs bénévoles : Jérôme Legentilhomme et Christian Besson

Contact : antenne Estuaire Loire-Océan, elo@bretagne-vivante.org

Chantier sur le site

Vipère péliade (Photo: Charles Martin)
 

Agenda
“ Landes de Bilais”