mercredi 13 décembre 2017

Mission de médiation relative au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes : le rapport vient d'être rendu !

France

Consulter le rapport

 

Le rapport sur Notre-Dame-des-Landes sera remis le mercredi 13 décembre au Premier ministre. Plusieurs Organisations Non Gouvernementales saluent la méthodologie de la mission de médiation, mais estiment que «l’abandon du projet de nouvel aéroport aurait dans tous les cas un coût moindre pour les finances publiques, une consommation plus faible de foncier agricole et naturel, une meilleure adéquation aux objectifs climatiques de notre pays, un moindre impact en termes de biodiversité».

 

Le 13 décembre, la mission de médiation remettra son rapport au premier ministre. Nous escomptons que ce rapport apporte enfin un comparatif rigoureux des options en présence permettant d’éclairer la décision que devra prendre le gouvernement.

En tenant en compte de manière approfondie des éléments apportés par toutes les parties prenantes, en intégrant les compléments d’études et de données qui avaient été jusque-là écartées, en organisant les controverses argumentées quand les différents acteurs en étaient d’accord, et après vérification et tierce-expertise de données avancées préalablement grâce à la commande précise de compléments auprès d’organismes reconnus, la mission a conduit ses travaux d’une façon dont nous n’avons pas de raison de douter du sérieux.

Pour notre part, nous estimons que l’abandon du projet de nouvel aéroport aurait dans tous les cas un coût moindre pour les finances publiques, une consommation plus faible de foncier agricole et naturel, une meilleure adéquation aux objectifs climatiques de notre pays, un moindre impact en termes de biodiversité. C’est à l’aune de ces critères trop longtemps ignorés que nous lirons attentivement le rapport de médiation.

Nous appelons le gouvernement à un choix courageux qui intègre vraiment les objectifs climatiques et environnementaux et écologiques. Il est temps d’adapter nos choix d’aménagement aux limites de notre planète, en prenant en compte des considérants nouveaux. Il serait pertinent que le gouvernement s’engage à revisiter régulièrement la programmation en matière d’infrastructures, de façon à pouvoir ajuster les choix à l’évolution des contextes. Au lendemain du sommet « One planet summit » sur le climat, l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes serait la première application concrète de la règle d’or climatique que nos associations appellent de leurs vœux pour mettre en cohérence la future loi sur les mobilités et la programmation des investissements dans les transports avec l’accord de Paris sur le climat. 

Dans la foulée de la décision à venir, nos organisations demandent aux collectivités du Grand Ouest, en lien avec les services de l’Etat et tous les acteurs locaux, d’engager autour d’une alternative à NDDL l’élaboration d’un projet de territoire « positif », dans le cadre d’un « Contrat de Transition Ecologique ». Nous devons imaginer ensemble un avenir à ce territoire qui fasse la part indispensable aux biens communs, qui intègre les besoins de l’urbain et du rural, qui donne à tous un horizon intégrant une soutenabilité économique, sociale et environnementale.

 

Les signataires:

France Nature Environnement

FNH

LPO

Réseau Action Climat (RAC)

FNAUT

Agir pour l'Environnement

 

Source : Mediapart

 

Voir le dossier complet de France Nature Environnement sur Notre-Dame-des-Landes

Ouest France, le 12 décembre : "Notre-Dame-des-Landes. Décision « au plus tard en janvier », annonce Macron"