mardi 20 décembre 2016

La protection de la nature en pleine tourmente : réduire les subventions d’une association d’utilité publique, c’est créer des chômeurs qui travaillaient pour le bien commun

Bretagne historique

Bretagne Vivante contrainte de se séparer de 9 salariés début 2017

 

Pour Bretagne Vivante et la protection de la nature en Bretagne, l’année se termine mal. Comme un peu partout en France, les financements publics dédiés à la nature et aux actions des associations sont en forte diminution. Bretagne Vivante vient à son tour d’être contrainte de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi. Neuf personnes vont perdre leur travail. Le résultat ? Des dégâts humains et une atteinte à l’action associative et citoyenne, avec des conséquences sur la connaissance, la protection et la valorisation de la nature en Bretagne.

Baisser les subventions destinées à la protection de la nature, c’est prendre un risque majeur sur l’avenir. Cette décision n’a pas seulement un impact sur la flore, la faune, les milieux, notre cadre de vie ou encore l’économie de la région. Cela a aussi un impact direct sur des êtres humains, sur leur famille, leurs parents, leurs enfants, l’activité locale…

Aujourd’hui, la situation financière de Bretagne Vivante est très tendue, du fait de baisses ou de suppressions de financements de la part de différents partenaires historiques dont les Conseils départementaux et plus particulièrement le Conseil Départemental du Morbihan. L’association vient de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi prévu tout d’abord pour 9 départs. Mais ceux-ci pourraient être suivis de licenciements économiques début 2017 pour éviter que l’association ne soit dans une situation de défaut de paiement au printemps prochain.

 

Sous le choc, une équipe solidaire

La nouvelle a provoqué une tristesse profonde au sein des équipes bénévoles et salariées de Bretagne Vivante. Dans cette situation douloureuse, nous tenons à souligner la solidarité exemplaire qui s’est mise en place rapidement au sein de l’association : toutes les solutions sont envisagées, dans un dialogue permanent.

Cette situation est un déni des rôles essentiels joués par la nature, pour le court et le long terme, et de l’action des citoyens pour l’intérêt général. C’est notre bien commun que l’on piétine.

Pourtant, nous avons confiance en nos soutiens et nous sommes convaincus que nos partenaires historiques vont réaliser les effets violents que génèrent ces baisses de financements sur le territoire et sur ses habitants.

Aidez Bretagne Vivante, aidez-vous !

Alors que nous vivons une crise environnementale sans précédent, protéger la nature ne serait donc plus une priorité ? Ni même une simple préoccupation ? Nous ne pouvons y croire. Bretagne Vivante a, depuis 57 ans, de nombreuses victoires à son actif, une centaine de réserves naturelles en gestion… Nous avons sensibilisé et impliqué des centaines de milliers de jeunes et de citoyens durant toutes ces années… À quoi ressemblerait aujourd’hui le littoral breton sans l’action des associations, de leurs adhérents, de leurs bénévoles, de leurs salariés ?

Une société durable est une société qui soutient les lanceurs d’alerte, les sentinelles et les ambassadeurs que sont les associations environnementales !

Nous en avons des témoignages chaque jour : les citoyens sont viscéralement attachés à leur nature, à la protection de leur région. Nous ne pouvons croire que nos dirigeants l’oublient.

Quelle place pour la nature ?

Bretons, habitants de Loire-Atlantique et amoureux de la Bretagne, si vous tenez à la préservation de la nature, si vous tenez à votre qualité de vie, soutenez-nous, adhérez à notre association ou faites un don ! Quelques euros qui peuvent permettre de changer le cours des choses. Rejoignez-nous : plus nous serons nombreux, et plus nous pourrons faire entendre notre voix pour défendre la nature, notre bien commun.

Vous avez le pouvoir de soutenir le rôle des associations dans le débat public et l’exercice de la démocratie, le pouvoir de défendre votre nature, votre région, votre image. C’est, plus que jamais, le moment d’utiliser ce pouvoir et de contribuer à changer le regard porté sur la protection de la nature !

 

Il paraît que nous ne sommes pas indispensables. Derrière ces décisions, il y a de vrais visages.

Voici quelques-uns des salariés de Bretagne Vivante :

 

Elena Lombart, éducatrice à la nature

  

 

Yves Le Bail, éducateur à la nature

 

Yves Le Bail, éducateur à la nature

  

Laure Pinel, éducatrice à la nature

 

 

On en parle dans les médias 

Dans le Journal télévisé de Tébéo le 21 décembre 2016  

 

Dans le 19/20 de France 3 Bretagne (à 3 mn)


19/20 Bretagne et Pays de la Loire

Sur le site Reporterre : "L'association Bretagne Vivante contrainte de se séparer de neuf salariés à cause des baisses de subventions"

Devenez adhérent !

Faites un don !