mardi 13 décembre 2016

La grippe aviaire vue par les naturalistes

France

Plusieurs foyers confirmés d’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 ont été déclarés en Europe ces dernières semaines (depuis le 27 octobre 2016), d’abord sur des espèces de l’avifaune sauvage, puis progressivement dans des élevages de volailles.

Concernant la France, les 2 premiers foyers ont été confirmés dans le Tarn. D’autres cas, en lien avec un des élevages du Tarn, ont été décelés dans les départements  47, 32, 74, 65.

Le virus est différent de ceux qui ont circulé dans le sud-ouest de la France fin 2015-début 2016. 

Suite à quatre études menées sur des oiseaux sauvages, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) avait d’ailleurs conclu que si les virus circulant dans les élevages se sont propagés à l’avifaune, la prévalence de l’infection au sein de celle-ci se situait à un niveau extrêmement bas. 

La situation actuelle semble différente car le virus circulant en cette fin d’année est marqué par une très forte pathogénicité ainsi que par une grande vitesse de diffusion. Si les activités humaines jouent incontestablement un rôle de vecteur passif, on ne peut toutefois pas exclure que les oiseaux sauvages puissent propager le virus. 

En tant que naturalistes, nous sommes amenés à fréquenter des zones de stationnement d’oiseaux sauvages et donc potentiellement à rentrer en contact avec le virus (surtout via les chaussures). Il convient donc de rester vigilant, surtout si nous sommes en contact avec des oiseaux domestiques (ornement, basses-cours, élevages, etc.) : ne pas garder les mêmes chaussures ou bottes, se laver les mains, etc… 

Malgré sa virulence vis-à-vis des oiseaux l’ANSES précise qu’aucun cas humain lié à ce virus H5N8 n'a été signalé dans le monde à ce jour. 

Pour en savoir plus : http://www.plateforme-esa.fr/pestes-aviaires-actualites-