vendredi 9 décembre 2016

Épisode 8 - Épilogue : une saison de records pour les océanites molénais

Banneg, Réserve Naturelle Nationale d'Iroise

La saison de terrain est maintenant terminée et toutes les données collectées ont été saisies informatiquement et analysées pour rédiger le rapport annuel. Le bilan de la saison est d’environ 910 couples nicheurs dénombrés sur les îles de la réserve naturelle d’Iroise, effectif record depuis le début des suivis initiés à la fin des années 1960. Au total, 1 321 adultes et 292 poussins ont été bagués, ce qui constitue deux autres chiffres record pour la réserve. Le plus vieil oiseau contrôlé cette année avait au moins 34 ans, âge record pour l’Iroise. C’est un individu qui a été bagué au début des années 1980 et qui est capturé au filet quasiment tous les ans depuis 2002.

Le baguage permet d’étudier les déplacements entre colonies, l’âge de retour des jeunes oiseaux et l’âge de première reproduction, mais également d’étudier l’impact de la prédation ou des modifications de l’environnement marin sur la survie des oiseaux. En effet, l’océanite se nourrit de plancton et il est susceptible d’être affecté par le réchauffement des eaux marines. L’espèce peut donc jouer un rôle de sentinelle de la mer, témoin de l’état de l’environnement marin.

L’existence d’un programme de baguage à long terme et d’un important jeu de données de captures-recaptures des océanites permet d’envisager, par l’utilisation de modèles statistiques appropriés, une évaluation de l’impact des modifications environnementales sur les paramètres démographiques de l’espèce. Ce type d’étude à long terme demeure rare, ce qui lui confère une grande valeur sur le plan scientifique.

En mer d’Iroise, l’océanite côtoie une autre célèbre sentinelle de la mer, le phare de Kéréon, situé entre l’archipel de Molène et Ouessant, dont la lanterne balise depuis un siècle le passage du Fromveur et ses courants très violents.

Des résultats de l’étude menée sur les océanites en Iroise, concernant le cycle de présence des jeunes oiseaux sur les colonies, leurs caractéristiques morphologiques et leur première reproduction, ont été présentés en septembre au colloque international du Seabird Group à Édinbourg. Un bilan d’un demi-siècle de suivis des océanites dans l’archipel de Molène a aussi été présenté en décembre à l’occasion des rencontres d’ornithologie bretonne à Concarneau.

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre avril 2017 pour le début de nouvelles aventures !

 

Illustration : Coucher de soleil sur Ouessant et sur le phare de Kéréon depuis Banneg, l’île aux océanites. © Hervé Ronné

Dernières actualités

mardi 14 novembre 2017

Opération « L'eau, aqua ça sert ? » : filmez la nature !

Bretagne historique

vendredi 22 septembre 2017

Dauphins, baleines et phoques de Bretagne

Bretagne

vendredi 1 septembre 2017

Mortalité des Verdiers d'Europe : bilan 2016 - 2017

Côtes-d'Armor