mercredi 27 avril 2016

Épisode 1 - « Ils » sont de retour !

Réserve Naturelle Nationale d'Iroise

« Ils » sont de retour mais on ne les voit pas !

« Ils », ce sont les océanites tempête. Il s’agit des plus petits et des plus légers oiseaux marins d’Europe, avec une envergure de moins de 40 cm et un poids d’environ 26 g, soit l’équivalent de quatre morceaux de sucre. Leur plumage est brun-noir, avec cependant le croupion blanc et une zone blanche sur le dessous des ailes. C’est une espèce qui vit en haute mer, et qui ne vient à terre que pour les besoins de la reproduction. En hiver, les oiseaux vivent dans l’Atlantique sud-est au large des côtes africaines et, au printemps, ils reviennent dans l’Atlantique nord-est.

En avril, ils sont de retour sur les colonies de l’archipel de Molène, à la pointe du Finistère. Ils ne viennent à terre qu’à la nuit tombée, et les îles s’animent alors avec de petites silhouettes fantomatiques virevoltant à quelques mètres au-dessus du sol, et les mâles chantant au fond de leur terrier. Leur chant est une sorte de ronronnement « pourrrrr… pourrrrr… », marqué par des variations d’intonation, entrecoupé et finissant généralement par un cri plus sec « tchikka ». Toute cette activité nocturne s’arrête avant les premières lueurs. En journée, rien ne témoigne de cette étonnante présence nocturne, tout est calme. Mais en arpentant les colonies, il est fréquent de découvrir des restes d’océanites tués par les goélands durant la nuit.

Les passagers qui font la traversée en bateau depuis le continent vers les îles de Molène ou d’Ouessant ont très peu de chances d’observer les océanites en vol au ras des flots. En effet, en journée, les oiseaux restent plus au large. Ses caractéristiques biologiques, petite taille, vie nocturne et nidification dans des cavités, expliquent que l’espèce demeure encore mal connue, ce qui lui donne un côté mystérieux.

Dans l’archipel de Molène, où sont localisées les plus importantes colonies françaises de l’espèce, les océanites sont étudiés depuis le milieu des années 1970. Avril marque le début de la saison des océanites pour l’équipe de la RNN Iroise et les missions sur le terrain vont durer jusqu’en octobre avec au programme le recensement du nombre de couples nicheurs, l’estimation du succès de la reproduction, le baguage des adultes et des poussins, ainsi que le suivi de l’intensité de la prédation par les goélands.

 © C. Kermarrec

Dernières actualités

mardi 14 novembre 2017

Opération « L'eau, aqua ça sert ? » : filmez la nature !

Bretagne historique

vendredi 22 septembre 2017

Dauphins, baleines et phoques de Bretagne

Bretagne

vendredi 1 septembre 2017

Mortalité des Verdiers d'Europe : bilan 2016 - 2017

Côtes-d'Armor